(Washington) L’activité du secteur manufacturier aux États-Unis s’est contractée en mars, après deux mois de croissance, pénalisée par la pandémie de nouveau coronavirus, selon l’indice des directeurs d’achats de l’association ISM publié mercredi.

Agence France-Presse

L’indice s’est établi en mars à 49,1 %, tout juste sous la barre des 50 %, au-dessus de laquelle l’indice marque une activité en croissance, en-dessous, il correspond à une contraction de l’activité.

C’est toutefois mieux que ce qu’attendaient les analystes, qui tablaient sur 43,3 %.

« La pandémie de coronavirus et le choc sur le marché mondial de l’énergie a pénalisé tous les secteurs manufacturiers », a commenté Timothy Fiore, président de l’enquête ISM, cité dans le communiqué.

« Je n’ai jamais rien vu bouger aussi vite. […] Nous n’avons pas touché le fond », s’est-il inquiété mercredi lors d’une conférence téléphonique.

Les nouvelles commandes ont particulièrement souffert en mars, reculant de 7,6 points de pourcentage par rapport à février, pour s’établir à 42,2 %.

les prix ont également chuté de 8,5 points et sont tombés à 37,4 %.

« Le secteur manufacturier, sensible aux exportations, devrait s’affaiblir, reflétant les perturbations de la chaîne d’approvisionnement ainsi que les perspectives de croissance mondiale plus faibles liées au coronavirus », a commenté Rubeela Farooqi, chef économiste de High Frequency Economics (HFE).

« De vastes pans du secteur (manufacturier) sont vulnérables car les consommateurs réduisent leurs dépenses en biens, en particulier les articles coûteux comme les voitures et les camions, et les investissements commerciaux s’effondrent également », a relevé Ian Shepherdson, chef économiste chez Pantheon Macroeconomics.

En février, l’indice s’était tout juste maintenu au-dessus de cette barre, à 50,1 %.

Il était resté en territoire négatif d’août à décembre 2019, alors que la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis avait particulièrement touché l’industrie manufacturière américaine.