(Washington) Le déficit de l’État fédéral américain va se creuser de 160 milliards de dollars de plus que prévu sur la période 2020-2029 pour atteindre un total cumulé de 12 367 milliards de dollars, ont indiqué mardi les services du budget du Congrès (CBO).

Agence France-Presse

Pour le seul exercice fiscal 2020, qui sera clos à fin septembre, le trou budgétaire sera supérieur de quelque 8 milliards de dollars par rapport aux prévisions d’août dernier, et atteindra 1015 milliards de dollars, a indiqué le CBO, une agence indépendante.

Le déficit représentera 4,6 % du Produit intérieur brut (PIB) cette année et 5,4 % en 2030, a également indiqué le CBO, qui base ses projections sur une croissance de 2,2 % cette année et autour de 1,7 % entre 2021 et 2030.

Il note que la croissance sera soutenue cette année par les dépenses des consommateurs et un rebond des investissements des entreprises.

« En raison de ces larges déficits, la dette fédérale […] est attendue en hausse, passant de 81 % du PIB en 2020 à 98 % en 2030, son plus haut pourcentage depuis 1946 », poursuit l’agence. D’ici 2050, la dette pourrait représenter 180 % du PIB, un record.

La réforme fiscale, voulue par le président Donald Trump et actée fin 2017, s’est traduite par une baisse massive des impôts des entreprises et des ménages les plus riches. Elle a eu pour effet de creuser le déficit.

L’administration Trump soutient que la réduction des impôts va être compensée par la croissance du PIB.

Alors que les faibles taux d’intérêt américains ont réduit le coût de la dette, ce qui contribue à contenir les déficits projetés, le CBO a déclaré « qu’une combinaison de lois récentes et d’autres changements les ont augmentés ».