À quoi ressemblera l’économie dans 10 ans ? Lisez-le ici d’abord, mais veuillez nous accorder une certaine marge d’erreur…

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Livraison par drones

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO DE GETTY IMAGES

La firme de consultation réputée McKinsey a récemment tenu un débat sur ce thème précis : est-ce que les livraisons par drones seront communes en 2030 ? Trois choses font consensus : ce sera pour les petits paquets seulement, ce ne sera pas dans les zones très denses comme Manhattan ou le centre-ville de Montréal, mais c’est très probable dans les zones rurales. Entre les deux ? Les plus optimistes rappellent que la majorité des zones urbaines américaines sont encore constituées de maisons unifamiliales tout à fait accessibles aux drones. La livraison de médicaments pourrait être le créneau le plus porteur en compensant la perte de mobilité des utilisateurs.

86 %

Proportion des articles expédiés par Amazon qui pèsent moins de cinq livres

Des avions hybrides

PHOTO AIRBUS

Le Vahana d'Airbus

Le nouveau patron d’Airbus, Guillaume Faury, a fait parler de lui en avril dernier en déclarant, dans une entrevue à un quotidien allemand, qu’il souhaitait proposer des vols entièrement électriques à grande échelle dans une dizaine d’années, donc aux environs de 2030. C’est loin d’être gagné, puisqu’« on vend aujourd’hui des avions qui vont servir pendant plus de 25 ans », rappelle Mehran Ebrahimi, spécialiste de l’aviation civile à l’UQAM. L’industrie est aussi handicapée par des cycles de développement très lents. L’existence d’appareils hybrides, en particulier de petits formats et pour des distances relativement courtes, semble néanmoins probable, selon plusieurs experts.

50 km

Portée actuelle du Vahana d’Airbus, prototype d’avion électrique à un seul passager

Une vraie voiture autonome

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO DE GETTY IMAGES

On a l’impression que la cause de la voiture autonome a davantage reculé qu’avancé en 2019, tant les constructeurs ont été nombreux à annoncer des reports. N’empêche, les chances qu’une voiture 100 % autonome soit offerte à l’achat et pour utilisation à Montréal en 2030 sont bonnes, selon Nicolas Saunier, professeur à Polytechnique Montréal. Sous quelle forme ? C’est moins clair. Ces voitures seront encore onéreuses, prévoit-il, tant et si bien qu’il juge plus probable qu’on les verra au sein de parcs servant aux transports collectifs qu’entre les mains de propriétaires individuels.

2017

Année où, selon Elon Musk, une Tesla aurait dû pouvoir faire Los Angeles–New York seule

Une pénurie de main-d’œuvre, encore

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO DE GETTY IMAGES

En 2030, les membres de la génération des baby-boomers auront entre 65 et 85 ans, auront ainsi tous officiellement atteint l’âge de la retraite et, avec un peu de chance, l’expression « OK, boomer » sera passée de mode. Selon l’Institut de la statistique du Québec, il y aura alors environ 100 000 Québécois considérés comme en âge de travailler (15-64 ans) de moins qu’en 2017, alors que la population aura continué d’augmenter. Bref, il y aura encore moins de travailleurs disponibles pour servir plus de gens. Avant de prédire une pénurie de main-d’œuvre aggravée, il reste toutefois une grande inconnue : la progression de l’automatisation.

4,7 %

Taux de chômage au Québec en août 2019, le plus bas depuis au moins 1976

Bye bye, billets

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO DE GETTY IMAGES

En annonçant l’implantation d’une nouvelle génération de guichets automatiques, en 2018, le président du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, a prédit qu’il s’agirait de la dernière et que les guichets pourraient complètement disparaître en 2028. Déjà, deux nouveaux occupants prestigieux du Centre Eaton de Montréal, Time Out Market et Décathlon, n’acceptent pas l’argent comptant. Entre 2012 et 2017, le volume de transactions réalisées en comptant a chuté de 19 %. Les technologies de paiement mobiles montent en flèche et les monnaies virtuelles se multiplient. S’il semble peu probable que l’argent comptant ait complètement disparu en 2030, de solides indices laissent croire qu’il sera très peu répandu.

36 %

Part des paiements au point de vente réalisés au comptant au Canada en 2017

Des machines quantiques

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO DE GETTY IMAGES

« Quand on me demande des prévisions, je me reporte toujours à un article de 1949 de Popular Mechanics selon lequel l’ordinateur du futur pèserait “seulement” une tonne », indique d’entrée de jeu Alexandre Blais, de l’équipe de recherche en physique de l’information quantique à l’Université de Sherbrooke. Entre-temps est arrivé le transistor, qui a tout bouleversé. Mais même sans bouleversement du genre, l’ordinateur quantique devrait faire partie de la vie moderne en 2030, selon M. Blais, à une échelle comparable à celle des superordinateurs actuellement, qui sont utiles à presque tout le monde, même si très peu de gens y ont accès directement.

3 minutes

Temps dont a eu besoin un ordinateur quantique de Google pour réaliser un calcul qui aurait nécessité 10 000 ans à un superordinateur

Peu de solaire au Québec

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO DE GETTY IMAGES

Le Forum économique mondial a déjà prédit que plus de la moitié de la production électrique mondiale en 2030 serait réalisée par les consommateurs eux-mêmes, grâce notamment aux panneaux solaires. L’autoproduction risque toutefois de progresser beaucoup plus lentement au Québec, selon le consultant en énergie Philippe Dunsky. Il y a deux raisons à cela : l’électricité québécoise est la moins chère en Amérique du Nord, ce qui rend l’autoproduction moins avantageuse, et la production d’Hydro-Québec est presque propre à 100 %, ce qui ne crée pas d’incitatif sociétal à la remplacer. « On sera les derniers », prédit M. Dunsky.

0,000 5 %

Production d’électricité autogénérée injectée sur le réseau d’Hydro-Québec en 2018

Voitures : l’électrique majoritaire

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO DE GETTY IMAGES

La progression des ventes de voitures électriques a été fulgurante au Québec depuis deux ans. Elles restent toutefois encore rares. Elles ne représentaient que 0,7 % des immatriculations au Québec à la fin 2018. « Il va y avoir une grande percée au Québec », annonce le consultant en énergie Philippe Dunsky, qui a été mandaté par le gouvernement du Québec pour des études sur le sujet. Selon lui, les voitures électriques représenteront en 2030 plus de la moitié des ventes de véhicules personnels, tous types confondus. « Quelque part entre 50 % et 100 % », estime-t-il, sans trop vouloir en révéler sur des études en cours.

4,4

Les ventes de voitures électriques au Québec ont été multipliées par 4,4 entre 2017 et 2019

Des robots populaires

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO DE GETTY IMAGES

Prédire le niveau qu’aura atteint l’intelligence artificielle (IA) en 2030, « c’est comme lancer une fléchette à l’aveugle », croit Jean-François Gagné, président et chef de la direction d’Element AI. Prédire son utilisation, c’est un peu plus atteignable. « L’environnement autour de nous va vraiment être intelligent, juge-t-il. Les capteurs ne coûteront pas cher et il y en aura partout. » L’IA permettra aussi la commercialisation de robots véritablement utiles, prévoit-il. « Les aspects mécaniques sont déjà bien avancés. Les avancées en IA vont rendre la partie logique beaucoup moins chère à produire. Les robots vont faire partie de notre vie de tous les jours. »

660

Somme, en millions de dollars, investie dans 98 entreprises d’IA au Canada en 2018

Agriculture urbaine

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO DE GETTY IMAGES

Faire pousser des légumes de façon commerciale en pleine ville, c’est déjà de moins en moins étrange. Voir un arrondissement comme Pointe-aux-Trembles se fixer ouvertement un objectif (30 hectares) de superficie arable en 2030, c’est une étape de plus. « Je rêve, mais dans 10 ans, peut-être que tous les nouveaux bâtiments devront avoir la capacité portante et les aménagements pour un toit vert », prédit Claude Vallée, professeur au campus de Saint-Hyacinthe de l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA). On devrait même, croit-il, voir apparaître des « fermes verticales » exploitant plusieurs étages.

163 000

Superficie, en pieds carrés, de la plus grande ferme urbaine sur toit au monde, à Saint-Laurent, en construction par les fermes Lufa