(Washington) L’administration Trump va imposer des droits de douane supplémentaires sur des produits européens, trois semaines avant la transition présidentielle, estimant que l’Union européenne a prélevé trop de taxes sur des produits américains dans le cadre du litige entre Boeing et Airbus.

Julie CHABANAS
Agence France-Presse

Cette nouvelle offensive vise des produits français et allemands, des pièces détachées aéronautiques, vins non pétillants et cognacs, qui se verront appliquer des droits de douane plus élevés pour traverser l’Atlantique, selon un communiqué publié mercredi soir par le représentant américain au Commerce (USTR), qui ne précise toutefois ni leur montant ni quand ils s’appliqueront.

Ces taxes s’ajouteront à celles déjà imposées depuis 2019 sur des importations européennes comme le vin, le fromage, l’huile d’olive ou le whisky, ainsi que sur les avions Airbus.

Washington y avait été autorisé par l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Et en octobre, l’institution a également autorisé l’UE à appliquer elle aussi des droits de douane supplémentaires sur des produits importés des États-Unis.

C’est ce qui mécontente les États-Unis, qui estiment que le périmètre choisi par l’UE pour calculer ces taxes punitives conduit à un montant trop élevé prélevé sur des produits américains, et juge la situation injuste.

En cause, d’une part la période de référence, d’autre part, le périmètre géographique.

Ainsi, « pour mettre en œuvre ses tarifs, l’UE a utilisé des données commerciales d’une période au cours de laquelle les volumes commerciaux avaient été considérablement réduits en raison des effets terribles sur l’économie mondiale de la COVID-19 », dénonce l’USTR.

« Le résultat de ce choix a été que l’Europe a imposé des droits de douane sur beaucoup plus de produits que ce qui aurait été couvert si elle avait utilisé une période normale. Bien que les États-Unis aient expliqué à l’UE l’effet de distorsion de la période choisie, l’UE a refusé de modifier son approche », souligne encore le communiqué.

Les États-Unis ont ainsi annoncé « changer leur période de référence pour s’aligner sur celle utilisée par l’Union européenne ».

« Compenser cette injustice »

Par ailleurs, déplore Washington, « l’UE a fait un autre choix qui a injustement augmenté le montant » des droits de douane prélevés, en excluant de son calcul le Royaume-Uni, et estime que « l’UE doit prendre des mesures pour compenser cette injustice ».

L’avionneur européen Airbus et son concurrent américain Boeing, et à travers eux l’Union européenne et les États-Unis, s’affrontent depuis octobre 2004 devant l’OMC sur les aides publiques versées aux deux groupes, jugées illégales.

C’est le conflit commercial le plus long et le plus compliqué traité par l’OMC.

Les États-Unis ont été autorisés en octobre 2019 à imposer des taxes sur près de 7,5 milliards de dollars de biens et services européens importés chaque année, la sanction la plus lourde jamais imposée par l’OMC.

Washington impose depuis certains produits importés de l’Union européenne à hauteur de 25 %, 15 % pour les avions Airbus.

En représailles, l’UE impose depuis début novembre des droits de douane sur 4 milliards de dollars d’exportations américaines.

Les avions Boeing sont taxés à 15 %, des produits agricoles (tabac, patates douces, blé, fruits…), agroalimentaires (alcools forts, chocolat…), ou manufacturés (tracteurs, pelleteuses, pièces de vélo…), le sont à 25 %.

Un autre conflit, celui de la taxe française sur les géants du numérique, est venu se superposer à celui-ci, laissant depuis plus d’un an planer la menace de droits de douane de 100 % sur certains produits français, comme les fromages, produits de beauté ou sacs à main.  

La France a confirmé en novembre qu’elle prélèverait bien en 2020 sa taxe sur les « Gafa » (Google, Amazon, Facebook et Apple), s’exposant à ce que Washington mette à exécution sa menace, qui concerne 1,3 milliard de dollars de produits français.

La trêve franco-américaine conclue en janvier 2020, qui prévoyait que la France suspende son prélèvement et que les États-Unis s’abstiennent de sanctions, expire le 6 janvier.