(Washington) La confiance des consommateurs est repartie à la hausse de façon inattendue en décembre aux États-Unis, portée par l’espoir d’une amélioration de la situation dans les mois à venir malgré les cas de COVID-19 toujours en hausse et les difficultés de l’emploi.

Agence France-Presse

L’indice a grimpé à 81,4 points, contre 76,9 points en novembre, selon l’estimation préliminaire de l’enquête de l’Université du Michigan publiée vendredi.

Il s’agit du deuxième mois le plus haut depuis que la pandémie s’est massivement étendue aux États-Unis en mars et cette amélioration déjoue les pronostics des analystes qui tablaient sur une baisse à 75 points.

Entre octobre et novembre, l’indice avait reculé pour la première fois depuis juillet.

L’effet Joe Biden : hausse surprenante

« La confiance des consommateurs a affiché une hausse surprenante début décembre en raison d’un changement des perspectives économiques », chez les sympathisants républicains comme chez les démocrates, après l’élection de Joe Biden, a indiqué Richard Curtin, économiste en chef chargé de cette enquête, dans un communiqué de presse.

Il attribue « la majeure partie » de cette amélioration à « des perspectives à long terme plus favorables pour l’économie, tandis que les perspectives pour l’année à venir tant pour l’économie que pour les finances personnelles restent inchangées ».

Dans le détail, l’indice mesurant les conditions économiques actuelles grimpe de 87 points en novembre à 91,8 points en décembre, et celui mesurant les perspectives progresse de 70,5 à 74,7 points.

Cette amélioration de la confiance « pourrait refléter […] la distribution imminente d’un vaccin qui permettrait une réouverture plus complète de l’économie », analyse Rubeela Farooqi, économiste pour HFE Snapshot, alertant toutefois sur « les nombreux défis » qui attendent le pays d’ici là.

En effet, « dans un avenir immédiat, les pertes d’emplois et les baisses de revenus dues aux fermetures (liées au Covid) devraient augmenter », selon Richard Curtin. « Les délais avant que la plupart des consommateurs ne puissent être vaccinés vont rendre l’attente encore plus difficile face à la hausse des décès ».

La balle est désormais dans le camp des élus du Congrès qui ne parviennent toujours pas à s’entendre pour injecter de nouvelles aides économiques et permettre à des millions de foyers de ne pas tomber dans la pauvreté ainsi qu’à de nombreuses entreprises de ne pas mettre la clé sous la porte.

La forte hausse des cas de COVID-19 aux États-Unis a aggravé la situation, entraînant de nouvelles fermetures de commerces et restaurants qui se sont accompagnées de licenciements.

Les inscriptions au chômage ont connu la semaine passée leur plus forte hausse depuis fin mars. Et des millions de chômeurs risquent de se retrouver sans ressources après Noël, les aides comprises dans le premier plan de relance arrivant à expiration.

Malgré la volonté affichée tant par les démocrates que par les républicains de mettre en place rapidement de nouvelles aides, les discussions patinent.

Le futur président Joe Biden devrait faire de l’adoption d’un vaste plan de relance sa priorité, mais il faudra attendre sa prise de fonction en janvier.