Le prix des maisons a continué d’avancer en novembre. Dans l’ensemble de la province, la hausse s’est élevée à 23 % par rapport au même mois l’an dernier. La région de Montréal a connu une inflation semblable. À Québec, en revanche, la croissance des prix a été contenue à 7 % dans l’unifamilial.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) a dévoilé jeudi matin ses données pour le mois de novembre. Les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel sont établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

Ce ne sont pas seulement les prix qui sont en hausse, le nombre de transactions aussi toutes catégories de produits confondus (maisons, condos et immeubles locatifs de 2 à 5 logements). Il a atteint un niveau record pour un mois de novembre dans la RMR de Montréal, malgré la deuxième vague de la pandémie. Les ventes résidentielles ont augmenté de 32 % par rapport à novembre 2019.

L’activité a été particulièrement forte sur la Rive-Nord (+48 % de reventes en novembre que l’an dernier), la Rive-Sud (+37 %), Laval (+34 %), Vaudreuil-Soulanges (+32 %) ainsi que sur l’île de Montréal (+21 %).

« Nous observons également une hausse historique de 57 % de nouvelles inscriptions pour ce qui est des copropriétés sur l’île de Montréal, un sommet depuis que le système Centris des courtiers immobiliers compile les données de marché (2000) », souligne Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché à l’APCIQ.

À Québec, l’accélération des prix est de 18 % pour les plex, de 8 % pour la copropriété et de 7 % pour l’unifamiliale. Les prix médians atteignent ainsi de nouveaux records, selon l’APCIQ, tant pour les plex (335 000 $) que pour l’unifamiliale (279 000 $). Quant à la copropriété, le prix médian s’élève à 203 950 $.