(Washington) La confiance des consommateurs a chuté en novembre aux États-Unis, pour la première fois depuis le mois de juillet, en raison notamment d’inquiétudes liées au nouveau pic des cas de COVID-19, selon l’estimation préliminaire de l’enquête de l’Université du Michigan publiée vendredi.

Agence France-Presse

L’indice est tombé à 77 points, contre 81,8 en octobre. La chute est plus importante que prévu par les analystes, qui tablaient sur 79 points. Et cela représente une baisse de plus de 20 % par rapport à novembre 2019.

Les consommateurs jugent « moins favorables les perspectives économiques, tandis que leur évaluation des conditions économiques actuelles reste inchangée », a commenté Richard Curtin, l’économiste en chef chargé de cette enquête bimensuelle.

En cause, souligne-t-il : « le résultat de l’élection présidentielle ainsi que la recrudescence des contaminations à la COVID-19 et des décès ».  

Il relève que les craintes sont différentes selon que les personnes interrogées votent républicain ou démocrate, notant un « changement négatif important » quant aux perspectives économiques chez les républicains, qui ont vu leur candidat Donald Trump perdre l’élection présidentielle face à Joe Biden.

Chez les démocrates, les inquiétudes sont surtout liées à la résurgence des cas de contamination à la COVID-19, qui ont atteint récemment de nouveaux pics.

New York, la plus grande ville américaine, oblige ses bars et restaurants à fermer à 22 h à partir de vendredi, tandis que Chicago, troisième ville la plus peuplée aux États-Unis, a demandé à ses 2,7 millions d’habitants de rester à la maison, sauf pour se rendre au travail, à l’école ou pour quelques activités essentielles, sans que la mesure soit coercitive.

Ces restrictions pourraient causer des dégâts supplémentaires à l’économie alors que des millions de personnes sont au chômage et de nombreuses PME font face à des difficultés de trésorerie.  

L’enquête est publiée au moment où la Maison-Blanche a renvoyé la balle au Congrès pour trouver un compromis sur un nouveau plan de relance économique.

La recrudescence du virus aux États-Unis « qui perturbe l’activité et menace l’emploi et les revenus devrait continuer à peser sur le sentiment » des consommateurs, avertit Rubeela Farooqi, analyste pour High Frequency Economics, dans une note.