(Washington) L’économie américaine se relèvera plus rapidement et plus solidement des dégâts causés par la pandémie de coronavirus si la Maison-Blanche et le Congrès parviennent à débloquer de nouvelles aides pour les ménages et les entreprises, a estimé mardi le président de la Banque centrale américaine (Fed).

Agence France-Presse

« Même si les actions publiques s’avèrent plus importantes que nécessaire, il n’y aura pas de gaspillage. La reprise sera solide et plus rapide » si l’économie est soutenue « jusqu’à ce qu’elle soit clairement sortie d’affaire », a déclaré M. Powell, alors que l’administration Trump et le Congrès échouent depuis deux mois à se mettre d’accord sur de nouvelles aides.

Selon Jerome Powell, il vaut mieux, de la part des pouvoirs publics, en faire trop que pas assez : un « soutien trop faible pourrait conduire à une reprise plus fragile, conduisant à des souffrances inutiles pour les ménages et les entreprises ».

« Avec le temps, l’insolvabilité des ménages et les faillites d’entreprises augmenteraient, nuisant à la capacité de production de l’économie et ralentissant la croissance des salaires », a-t-il averti, lors d’une conférence organisée par l’association d’économistes NABE (National Association for Business Economics).

Or, c’est justement le montant total de l’aide, notamment, qui pose problème dans les négociations, les républicains étant partisans d’un premier accord moins important, quitte à revenir à la table des négociations si nécessaire, tandis que les démocrates demandent un plan de grande ampleur immédiatement.

Les discussions ont repris après quelques semaines au point mort. Mais les entreprises, elles, ont commencé à licencier massivement.

Jerome Powell a salué le gigantesque plan d’aide de 2200 milliards de dollars, adopté fin mars, et qui « a fourni un soutien vital aux ménages ».

Mais les aides supplémentaires pour les chômeurs ont été réduites, voire supprimées dans certains États, et le programme de prêts aux petites entreprises a pris fin.

Or, « les perspectives restent très importantes, en partie car elles dépendent de la propagation et des effets du virus ».

Il a ainsi insisté sur la nécessité de « suivre les recommandations des experts médicaux, notamment l’utilisation de masques et le respect des mesures de distanciation sociale ».

Ces propos interviennent alors que le président Donald Trump a été particulièrement critiqué lundi soir, à son retour de l’hôpital où il était soigné de la COVID-19. À peine arrivé à la Maison-Blanche, il est monté sur le balcon et a, dans un geste théâtral, retiré son masque.