(Washington) Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué la semaine passée aux États-Unis, mais les hausses et baisses successives de ces dernières semaines montrent une reprise désormais plus lente du marché du travail, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

Agence France-Presse

Du 20 au 26 septembre, 837 000 personnes se sont inscrites au chômage, en baisse par rapport aux 873 000 de la semaine précédente, selon des données revues à la hausse et publiées jeudi.

C’est mieux qu’attendu par les analystes, qui tablaient sur 850 000 demandes.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage avaient culminé à 6,6 millions fin mars, un record historique. Elles avaient ensuite baissé chaque semaine, avant d’augmenter de nouveau mi-juillet, face à une recrudescence du virus qui avait contraint les autorités à imposer de nouvelles mesures de confinement.

Depuis, les inscriptions au chômage jouent au yo-yo.

Les Américains étaient 11,8 millions à toucher le chômage au cours de la semaine du 13 au 19 septembre, les données étant publiées avec une semaine de décalage.

Mais ce sont 26,6 millions de personnes qui touchaient une aide liée à la perte de revenus, toutes mesures confondues, et notamment celles mises en place pour faire face à la pandémie. Ce chiffre, publié avec deux semaines de décalage, est en baisse par rapport à la semaine précédente.

Les inscriptions au chômage de la semaine passée pourraient toutefois être fortement révisées à la baisse ou à la hausse. En effet, la Californie, État le plus peuplé des États-Unis, qui est aussi l’un des plus touchés par la pandémie, a annoncé une pause de deux semaines dans sa prise en compte des nouvelles inscriptions au chômage, et a déclaré le même nombre de nouvelles demandes que la semaine précédente.