(Washington) Les inscriptions au chômage sont reparties à la hausse aux États-Unis, suggérant un rétablissement plus lent du marché de l’emploi, mis à genoux par les mesures de confinement pour limiter la propagation de la COVID-19, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

Agence France-Presse

Du 13 au 19 septembre, 870 000 personnes se sont inscrites au chômage, soit une hausse de 4000 par rapport au chiffre révisé de la semaine précédente, quand les analystes n’en attendaient que 825 000.

Cette hausse indique que les suppressions d’emplois se poursuivent à un rythme soutenu, alors même que de nombreux employés reviennent dans les bureaux et que l’activité reprend dans de nombreux secteurs.  

En tout, 12,6 millions de personnes bénéficiaient d’une allocation chômage au cours de la semaine du 6 au 12 septembre – les données étant publiées avec une semaine de décalage – soit une légère baisse par rapport aux 12,7 millions de la semaine précédente, selon des données revues à la hausse.

Si l’on cumule les allocations chômage et l’aide du gouvernement fédéral face à la COVID-19, 26 millions d’Américains touchaient une aide face à la perte de revenus au cours de la première semaine de septembre, selon les dernières données disponibles publiées jeudi.

L’économie américaine a toutefois déjà recupéré la moitié des 22 millions d’emplois détruits au printemps à cause du coronavirus, a souligné mardi le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell.

Le taux de chômage, qui avait culminé à 14,7 % en avril, a baissé plus que prévu, passant de 10,2 % en juillet à 8,4 % en août.

Le marché du travail s’était vivement redressé au début de l’été à la faveur de la levée des mesures de confinement. Mais depuis, il est à la peine, alors que certains secteurs comme le tourisme restent en grande difficulté, et les économistes s’inquiètent désormais que des millions d’Américains ne restent au chômage pendant des années.

Les personnes qui ont perdu leurs revenus doivent faire face, depuis début août à la perte d’une aide supplémentaire de 600 dollars hebdomadaires, qui avait été mise en place par la Maison-Blanche et le Congrès fin mars, alors que la COVID-19 s’étendait aux États-Unis, contraignant le pays à mettre en place des mesures massives de confinement.

Dans certains États, ils peuvent désormais toucher une aide temporaire de 400 dollars.

Mais tous les yeux sont tournés vers Washington, où républicains et démocrates doivent adopter un nouveau plan d’aide. Ils discutent depuis près de deux mois, sans parvenir à mettre leurs fortes dissensions de côté pour parvenir à un accord.

L’élection présidentielle du 3 novembre rend les négociations très tendues,  et il est probable qu’aucune nouvelle aide ne soit adoptée d’ici là.