(Washington) L’économie des États-Unis reste « saine » mais le chômage pourrait rester élevé pendant longtemps en particulier dans les secteurs qui ont été les plus durement affectés par la crise économique provoquée par la pandémie de COVID-19, a indiqué jeudi le président de la Banque centrale américaine.

Agence France-Presse

« L’économie était solide en février. Donc, il y a beaucoup de force dans l’économie. La reprise en mai et juin est intervenue plus tôt et a été plus forte que prévu », ce qui signifie qu’il y a « toujours une économie saine à l’exception des secteurs directement touchés » par la crise sanitaire, a déclaré Jerome Powell, citant les secteurs de la restauration, du voyage et de l’hôtellerie.  

Il a ajouté que dans ces secteurs, ce sont des millions de personnes qui ont perdu leur emploi et qui auront des difficultés à en retrouver un tant que le risque de contracter le coronavirus n’est pas écarté.

« Cette partie de l’économie va avoir beaucoup de mal à se remettre », a-t-il déploré alors que ces secteurs emploient aussi les personnes moins qualifiées qui peuvent donc difficilement se tourner vers un autre secteur.

« Nous devons être aux côtés de ces personnes, nous devons les soutenir et les aider à reprendre une vie professionnelle », a également déclaré M. Powell.  

Et d’ajouter que pour ces personnes, cela pourrait prendre « plusieurs années ».

Dans une note plus positive, il a estimé qu’une fois la maladie « sous contrôle », « le reste de l’économie pourra se redresser assez rapidement ».

Avant la pandémie, le taux de chômage était à son plus bas niveau en 50 ans (3,5 %). En juillet, il s’est établi à 10,2 % contre 11,1 % en juin.