(Washington) L’activité dans les services aux États-Unis a rebondi plus fortement que prévu en juillet, malgré une reprise de l’activité économique contrariée par la flambée de cas de COVID-19 dans une large partie du pays, selon l’indice de l’association professionnelle ISM publié mercredi.

Agence France-Presse

L’indice, qui mesure le niveau d’activité des entreprises, s’est établi à 58,1 % en juillet, contre 57,1 % en juin.

C’est bien mieux qu’attendu, puisque les analystes le voyaient reculer à 55 % sous l’effet de nouvelles fermetures de commerces et restaurants et mesures de confinement dans le Sud et l’Ouest des États-Unis.

L’activité s’est améliorée pour le deuxième mois d’affilée. Elle s’était contractée en avril et en mai.  

« Les personnes sondées restent préoccupées par la pandémie ; cependant, elles sont plutôt optimistes quant à leur activité et à l’économie alors que les entreprises continuent de rouvrir. Le sentiment varie selon les secteurs, car ils sont touchés différemment », souligne Anthony Nieves, auteur du rapport, cité dans le communiqué.

Dans le détail, l’indice mesurant les nouvelles commandes a connu la plus forte augmentation, +6,1 points par rapport à juin, à 67,7 %.

En revanche, l’emploi a continué à se contracter, et a perdu 1 point, à 42,1 %.  

Quant aux prix, « ils ont augmenté en juillet à un rythme plus lent », le sous-indice reculant de 4,8 points par rapport à juin, à 57,6 %, mais s’établissant toujours au-dessus de la barre des 50 % qui marque la différence entre recul et croissance de l’activité.

L’indice de l’activité dans les services, compilé par l’ISM auprès d’entreprises du secteur, était tombé à 41,8 % en avril sous l’effet des mesures de confinement. Il était alors passé pour la première fois depuis décembre 2009 sous la barre des 50 %.

L’économie américaine a entamé en mai et juin un lent redressement, plusieurs États ayant assoupli les mesures de confinement. Mais les cas de COVID-19 sont repartis en forte hausse au début de l’été, contraignant une large partie du pays à refermer ses commerces et restaurants.

Les inscriptions au chômage sont même reparties à la hausse depuis le milieu du mois de juillet, pour la première fois depuis fin mars.