(Washington) L’économie américaine enregistre de « nombreux signes encourageants » comparé au début du mois d’avril, a estimé lundi un conseiller économique de la Maison-Blanche, excluant pour le moment un nouveau paquet d’aides.

Agence France-Presse

« Si l’économie se rétablit plus lentement que prévu, alors il est possible que nous devions y mettre plus d’argent et nous sommes prêts à en parler avec le Congrès, mais en ce moment, nous pensons qu’il faut surveiller les données », a déclaré Kevin Hassett sur CNBC.  

« Et franchement, lorsque nous faisons cela, nous voyons de nombreux signes encourageants », a-t-il souligné, expliquant se baser sur des données que les entreprises privées ont consenti à partager avec l’administration Trump.

A ce jour, le Congrès a fourni quelque 2900 milliards de dollars de soutien budgétaire aux ménages, aux entreprises, aux prestataires de soins de santé ainsi qu’aux États et collectivités locales, soit environ 14 % du produit intérieur brut.

Les autorités surveillent notamment les mesures de distanciation sociale qui montrent que les gens reviennent dans les magasins. « Grosso modo, nous étions fermés à environ 50 % au début du mois d’avril et nous sommes à mi-chemin », a également indiqué Kevin Hassett.

Selon lui, l’économie américaine va enregistrer « un quatrième trimestre très solide et l’année prochaine sera probablement excellente ».

« Je ne suis pas d’accord sur le fait que cela (le ralentissement ou une croissance poussive) va durer jusqu’à la fin de 2021 », a-t-il également ajouté, en référence aux déclarations du président de la Banque centrale américaine.

Dimanche, Jerome Powell a estimé sur la chaîne CBS qu’il « faudra sans doute un peu de temps, ou même un temps certain, cela pourrait aller jusqu’à la fin de l’année prochaine, de fait on n’en sait rien », avant que l’économie américaine ne se remette.

Pour Kevin Hassett, le secteur du voyage et des loisirs est sans doute le plus problématique, citant la situation délicate d’Hawaii où 33 % de la population active a demandé des allocations chômage.

« Heureusement, il n’y a pas eu beaucoup de malades (de la COVID-19) à Hawaii, mais le ralentissement économique les a vraiment affectés », a-t-il réagi, estimant qu’il faudrait sans doute beaucoup de temps pour un retour à la normale.

Des États comme celui d’Hawaii « continueront d’être les plus durement touchés même lorsque l’économie reprendra », a-t-il encore dit.

Le conseiller de Donald Trump a précisé la position du gouvernement sur l’aide accordée aux États.

« Nous comprenons qu’il y a de nombreux gouvernements d’États fédérés et locaux qui manquent vraiment d’argent parce que l’activité économique est très faible », a-t-il commenté, ajoutant qu’il y avait « une très forte demande (d’aide) de la part des (États) démocrates ».

Mais il a rappelé que le président républicain ne voulait pas « renflouer » qui que ce soit. En revanche, il est « prêt » à étudier les coûts liés à la pandémie et « potentiellement à en parler ».

Selon lui, le gouvernement a « déjà accordé beaucoup d’argent aux États ».