(Calgary) Les sociétés énergétiques de Calgary continuent de réduire leur production, leurs dépenses et leurs coûts, alors que les prix du pétrole restent obstinément en deçà des niveaux nécessaires à la rentabilité.

Dan Healing
La Presse canadienne

Enerplus a annoncé mercredi qu’elle réduirait son budget d’investissement de 25 millions supplémentaires pour le porter à 300 millions, soit à environ 55 % de ses 545 millions d’origine.

Deux jours après que les prix des contrats à terme du pétrole aux États-Unis ont reculé en territoire négatif pour la première fois de l’histoire, la société a indiqué mercredi qu’elle fermait également certains puits pour éviter de produire sur le marché actuel.

Pendant ce temps, le chef de la direction du producteur Whitecap Resources a annoncé mercredi aux investisseurs, lors de son assemblée générale annuelle virtuelle, qu’il avait identifié également certaines activités en vue d’une fermeture temporaire et avait décidé de réduire d’au moins 10 % ses coûts administratifs et d’exploitation.

« Avec la sécurité du personnel en toile de fond, nous nous concentrons intentionnellement sur la survie à court terme de l’entreprise, mais plus important encore, sur ce à quoi nous ressemblerons lorsque nous aurons traversé la crise économique actuelle », a affirmé Grant Fagerheim lors de l’assemblée, tenue via une webdiffusion pour réduire le risque de propagation de la COVID-19.

« Nous nous attendons à ce que ce trimestre soit peut-être le plus difficile à gérer, […] nous nous attendons à ce que le secteur énergétique soit très différent à l’avenir. »

La consolidation par fusions et acquisitions dans le secteur va probablement s’accélérer en raison du stress économique sur les acteurs les plus faibles, mais pas avant que les prix du pétrole reviennent à des niveaux normaux, a-t-il estimé.

Mercredi, Keyera a annoncé qu’elle et son partenaire, SemCAMS Midstream, retarderaient d’un an le début de la construction de leurs pipelines de 1,3 milliard pour les condensats et le gaz naturel dans le nord-ouest de l’Alberta, jusqu’au deuxième semestre de 2021.

Les analystes surveillent les réductions de production

Le prix de référence américain du pétrole, le West Texas Intermediate, s’est raffermi mercredi, augmentant de plus de 20 % par rapport au prix de règlement de mardi de 10,01 $ US le baril, mais il restait néanmoins en baisse de plus de 75 % par rapport à son niveau du 1er janvier.

L’attention des investisseurs se tournera davantage sur les réductions de production et de dépenses, alors que le secteur de l’énergie entre ces prochains jours dans une nouvelle saison de publication de résultats financiers trimestriels, ont indiqué mercredi les analystes de Tudor Pickering Holt & Co. dans un rapport.

« Nous nous attendons à ce que chacune des sociétés que nous suivons évoque l’ampleur (des fermetures de production), et aucun baril ne semble à l’abri de la faiblesse du différentiel régional (du prix du pétrole) », ont-ils écrit dans le document.

« De plus, bien que la forte baisse du brut ait provoqué à ce jour de bonnes réductions en immobilisations, nous pensons qu’une deuxième série de coupes pourrait se profiler alors que la faiblesse du différentiel accentue les pressions sur les flux de trésorerie. »

Des analystes ont indiqué que les prix mondiaux du pétrole avaient plongé cette semaine en raison de problèmes d’offre excédentaire, car les réservoirs de stockage sont presque pleins. Pendant ce temps, en raison du ralentissement de l’activité économique attribuable à la pandémie de COVID-19, les raffineries réduisent leur production.

Un récent accord entre les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d’autres pays pour réduire la production ne va pas assez loin pour ajuster l’offre à la baisse de la demande, estiment-ils.

Enerplus a indiqué avoir commencé à fermer temporairement certains puits au Montana et au Dakota du Nord, ainsi que d’autres au sein de ses activités canadiennes.

Sa production d’avril devrait atteindre en moyenne l’équivalent d’environ 88 000 barils de pétrole par jour, contre une moyenne de 98 200 barils par jour au cours des trois premiers mois de 2020.

Des coupes de production plus importantes et non précisées sont attendues en mai. L’analyste Greg Pardy, de la Banque Royale, a indiqué s’attendre à ce que les fermetures chez Enerplus atteignent en moyenne l’équivalent de 30 000 barils par jour au deuxième trimestre.

On ne sait pas encore quelle sera l’ampleur de la diminution de production chez Whitecap, a indiqué M. Fagerheim.

La société vise une réduction minimale de 10 % de ses coûts administratifs, y compris une réduction volontaire de 10 % des salaires des cadres et de la rémunération des administrateurs, a-t-il précisé.

Whitecap discute également avec les gouvernements provinciaux de l’Alberta et de la Saskatchewan de l’allégement des paiements de redevances, a-t-il ajouté.