(Toronto) La reprise économique qui suivra la pandémie de COVID-19 sera probablement plus lente et plus inégale qu’on ne l’a d’abord cru, a prévenu mercredi le grand patron de la Banque Royale.

La Presse canadienne

Selon le chef de la direction Dave McKay, l’ampleur du défi devient de plus en plus claire et les gouvernements et institutions devront planifier à plus long terme.

« Nous allons devoir soutenir les entreprises et les consommateurs un peu plus longtemps que nous ne l’avions prévu il y a tout juste un mois, où, vous savez, lorsque la plupart des gens parlaient d’une reprise en V pointu ou au moins en U avec une forte reprise. Je ne pense pas qu’on puisse s’y attendre », a-t-il affirmé.

S’exprimant lors d’une table ronde médiatique après l’assemblée générale annuelle des actionnaires de la Royale, M. McKay a affirmé que l’économie devrait redémarrer par étapes pour éviter une nouvelle vague de contagion, tandis que les dépenses des entreprises seront également plus prudentes.

« Si tout le monde va être un peu plus conservateur, garder un peu plus d’argent, mettre un peu moins de risque sur la table, alors de facto, ce seul élément ralentira la courbe de reprise. Donc, tous ces facteurs jouent absolument un rôle dans ma prévision d’une reprise plus lente. »

Certains secteurs de l’économie pourraient voir des reprises particulièrement prolongées, comme les voyages d’affaires, alors que les entreprises s’adaptent aux façons de mener leurs activités plus à distance, a-t-il observé. Cependant, dans l’idéal, une grande partie de l’économie pourrait fonctionner de nouveau au début de l’année prochaine.

« Si nous pouvons revenir à 80 % ou 90 % d’où nous nous trouvions, vous savez, au début de 2021, je pense que ça serait assez bien. »

La crise économique survient alors que les Canadiens ont un niveau d’endettement record, mais M. McKay a indiqué que la combinaison de suppléments de revenu du gouvernement et des reports de paiement des banques devrait pouvoir aider une grande partie de la population à joindre les deux bouts.

À ce jour, la Banque Royale a, à elle seule, traité plus de 250 000 reports de paiement, y compris des hypothèques et d’autres marges de crédit, a-t-il indiqué.

Malgré ces reports, la Banque Royale est bien placée pour surmonter le repli de l’économie et elle n’avait pas l’intention de réduire son dividende, a précisé M. McKay lors de l’assemblée annuelle.

Il a ajouté que les gouvernements devraient réfléchir à la sauvegarde de certaines options de relance pour stimuler la reprise lorsque l’épidémie sera sous contrôle et insuffler suffisamment de confiance aux consommateurs pour qu’ils recommencent à dépenser.