Le gouvernement Legault vient d’approuver discrètement le paiement de 62,3 millions de dépenses liées à la construction du Réseau express métropolitain (REM), le réseau de 67 kilomètres de train électrique de la Caisse de dépôt.

André Dubuc
André Dubuc La Presse

Ces nouvelles factures poussent le coût total du REM à près de 7,5 milliards, bien qu’officiellement, le REM soit un projet de 6,5 milliards.

Ces deux contributions gouvernementales se sont ajoutées à la fin janvier, apprend-on en consultant la Gazette officielle.

Québec verse 31,6 millions au Réseau de transport métropolitain (RTM) pour absorber les coûts découlant de la suspension des travaux du chantier du centre d’entretien Pointe-Saint-Charles, destiné à la maintenance des trains de banlieue. 

Entamés en juin 2015, les travaux ont été interrompus en octobre 2016 pendant 19 mois dans l’attente de renseignements sur les impacts du projet du REM.

Les subsides seront versés d’ici le 31 mars, selon le décret adopté le 29 janvier.

La même journée, Québec a également autorisé le versement d’une subvention maximale de 30,7 millions à RTM pour faire des travaux d’amélioration sur la ligne du Canadien National à l’ouest de la jonction de l’Est, à Saint-Laurent. Ces travaux permettront au train de Mascouche de maintenir le service jusqu’à la gare Centrale pendant la fermeture du tunnel sous le mont Royal, prévu le 31 mars.

De cette somme de 30,7 millions, 9 millions seront versés dans la présente année budgétaire et 21,7 millions dans l’exercice subséquent.

Le prolongement de cette ligne permet aussi aux trains de Mascouche d’accéder au futur centre d’entretien Pointe-Saint-Charles.

Le total de 62 millions de ces deux nouvelles factures n’est pas inclus dans les 168 millions que le MTQ a déjà accepté de payer pour les mesures d’atténuation, confirme Sarah Bensadoun, porte-parole de Mobilité Montréal.

Pour le promoteur du train, ces factures ne concernent pas le REM. « Quant aux coûts de 60 millions, il s’agit d’investissements à long terme pour la ligne Mascouche d’EXO », fait savoir dans un courriel Emmanuelle Rouillard-Moreau, conseillère aux communications.

Les coûts officieux du train électrique grimpent à 7,5 milliards quand on y ajoute l’ensemble des sommes injectées par les organismes publics qui ne font pas partie du coût officiel de 6,5 milliards. Deux exemples : 392 millions pour construire la gare de l’A40 et diverses infrastructures et les 168 millions pour financer les mesures d’atténuation de transport pour pallier la fermeture du tunnel Mont-Royal.

(Re)lisez notre article sur les vrais coûts du REM