(Montréal) Le taux de postes vacants dans le secteur privé au Canada s’est stabilisé au troisième trimestre de 2019, mais il s’est néanmoins maintenu à son niveau record de 3,2 % selon le bilan dressé jeudi par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

La Presse canadienne

Le taux de postes vacants le plus élevé au pays, de 4 %, a été relevé au Québec.

La FCEI signale que 433 000 postes sont restés vacants au Canada pendant au moins quatre mois, soit à peu près 1500 de plus qu’au 2e trimestre de 2019 et 15 000 de plus qu’un an auparavant.

Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche à la FCEI, fait remarquer que ce sont les très petites entreprises, qui comptent moins de cinq employés, qui sont les plus durement touchées par les pénuries de main-d’œuvre, comme en témoigne leur taux de postes vacants de 5,4 %.

M. Gaudreault ajoute que les postes vacants obligent les entreprises à recourir aux heures supplémentaires, ce qui fait baisser leur productivité, nuit à leur rentabilité et à leur croissance.

Au Québec, le nombre de postes vacants est de près de 120 000. Il s’agit du huitième trimestre consécutif où le Québec est seul ou à égalité en tête des provinces pour ce qui est du taux de postes vacants. Le taux est resté conforme à la moyenne nationale en Ontario, de 3,2 %. Il est resté inchangé au Nouveau-Brunswick (3 %) et en Nouvelle-Écosse (2,4 %), et il a atteint son niveau le plus faible à l’Île-du-Prince-Édouard (1,9 %).

La FCEI signale que les secteurs les plus touchés par le taux élevé de postes vacants sont ceux des services personnels, de la construction, de l’hébergement et de la restauration, de l’agriculture et de l’information.