(Washington) Les promesses de ventes de logements aux États-Unis ont chuté en juillet après deux mois de hausse, contrairement aux attentes des analystes, selon les données de l’Association nationale des agents immobiliers (NAR) publiées jeudi.

Agence France-Presse

L’indicateur des promesses de ventes a reculé de 2,5 % en juillet, en données corrigées des variations saisonnières et comparé au mois précédent, pour atteindre 105,6 points, alors que les analystes misaient sur une légère avancée de 0,1 %.

Sur un an, les promesses de ventes, un baromètre avancé du marché immobilier puisqu’il se base sur les contrats de cession qui se concrétisent généralement 45 jours après l’engagement, est en retrait de 0,3 %, souligne l’Association dans un communiqué.

« Les taux super-bas des crédits immobiliers n’ont pas encore poussé les acheteurs à revenir durablement sur le marché », a regretté Lawrence Yun, économiste en chef de la NAR. « Il ne fait aucun doute que les incertitudes économiques ralentissent la demande mais ce dont le marché a surtout besoin est davantage de maisons à vendre à des prix modérés », ajoute l’économiste.

La baisse des taux d’intérêt de la Fed qui influence aussi les crédits immobiliers n’est intervenue que le 31 juillet, après l’enquête de la NAR réalisée sur ce mois.

L’économiste de l’association prévoit que sur l’ensemble de l’année, la croissance économique américaine va s’établir à 2 %, contre 2,9 % en 2018, et à 1,6 % seulement en 2020.

Vu le peu de stocks de logements à vendre, il s’attend toutefois à ce que les prix continuent de monter autour de 4 % sur un an, un rythme néanmoins plus faible que les années précédentes.