(Washington) Le déficit budgétaire des États-Unis s’est encore détérioré en juillet, faisant déjà grimper le déficit des dix premiers mois de l’exercice fiscal à un niveau supérieur à celui de l’ensemble de l’année dernière.

Agence France-Presse

Selon les comptes du Trésor américain publiés jeudi, le déficit mensuel s’est établi à 120 milliards de dollars en juillet, contre 77 milliards un an plus tôt, soit un bond de 56 %.

C’est davantage que les prévisions des analystes, qui visaient un manque à gagner de 100 milliards de dollars sur le mois.

En ajustant ces données des changements calendaires, le déficit a moins progressé le mois dernier, ne se creusant que de 6 %.

Juillet est généralement un mois déficitaire (63 fois au cours des 65 dernières années), car il ne comporte pas de date d’échéance d’impôts.

Grâce à la croissance de l’économie et des revenus, les recettes fiscales ont cependant atteint un record pour le mois de juillet.

Sur les 10 premiers mois de l’exercice qui commence en octobre, le déficit se monte déjà à 867 milliards de dollars (+27 % par rapport à la même période de 2018). À données ajustées, il s’inscrit à 877 milliards de dollars, soit une progression de 20 %.

Il ne constitue toutefois pas un record sur 10 mois, a précisé un expert du Trésor, même si recettes et dépenses ont atteint un montant record sur cette période.

Ce déficit s’inscrit néanmoins déjà bien au-dessus de celui de l’exercice total de 2018, qui avait été de 779 milliards de dollars.

Le trou budgétaire devrait se creuser cette année à près de 900 milliards de dollars, selon les services du budget du Congrès (CBO), qui prévoient qu’à partir de 2022, il dépassera le millier de milliards de dollars.