Si les États-Unis imposent de nouveaux droits de douane à l'UE, celle-ci fera de même, a déclaré mercredi à Tokyo la Commissaire européenne au Commerce, en réaction aux menaces proférées mardi par le président américain.

Mis à jour le 10 avr. 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

Donald Trump avait haussé le ton dans un tweet, menaçant l'Union européenne de nouveaux tarifs douaniers si elle ne mettait pas fin aux subventions à Airbus, au risque de raviver une fragile trêve commerciale.

La commissaire Cecilia Malmström a rétorqué que « les États-Unis subventionnent Boeing d'une manière qui ne respecte pas (les règles de) l'OMC », faisant allusion à des conclusions rendues fin mars par l'Organisation mondiale du commerce.

« Donc s'ils veulent nous imposer des droits de douane, nous ferons la même chose », a poursuivi Mme Malmström, en réponse à une question lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre japonais des Affaires étrangères, Taro Kono.

« Mais je pense que ce serait une très regrettable escalade dans nos tensions commerciales », a ajouté la commissaire, soulignant que l'UE était « prête à s'asseoir autour d'une table pour des discussions complètes avec les États-Unis à ce sujet ».

« L'Organisation mondiale du commerce indique que les subventions de l'Union européenne ont eu un impact négatif sur les États-Unis, qui vont maintenant imposer des taxes sur 11 milliards de produits européens ! L'UE profite des États-Unis en matière de commerce depuis plusieurs années. Ça va bientôt s'arrêter ! », avait écrit le président américain.

Une source à la Commission européenne avait déjà prévenu mardi que celle-ci comptait aussi « prendre rapidement des mesures » de représailles.

Ces menaces sont une nouvelle étape dans un conflit vieux de 14 ans entre Boeing et Airbus, via les États-Unis et l'Europe, qui s'accusent mutuellement devant l'OMC de verser des aides illégales à leurs champions aéronautiques respectifs.

Cecilia Malmström était à Tokyo pour faire un point sur l'accord de libre-échange entre l'UE et le Japon, le plus vaste au monde, entré en vigueur début février.