(Washington) La balance des flux de capitaux investis à long terme aux États-Unis s’est redressée en avril pour afficher un excédent mais les investissements chinois sont tombés à leur plus bas niveau en presque deux ans.

Agence France-Presse

Selon les chiffres du Trésor américain publiés lundi, le solde des flux de capitaux à long terme a débouché sur un excédent de 40,8 milliards de dollars en avril après un déficit de 38,3 milliards (chiffre révisé) le mois d’avant. Ces statistiques ont généralement deux mois de décalage.

Cet excédent signifie que les États-Unis ont attiré plus de capitaux investis à long terme chez eux qu’ils n’en ont investis à l’étranger.  

En avril, les investisseurs privés étrangers ont acquis davantage de bons du Trésor américains qu’en mars tandis que les investisseurs américains ont diminué leurs achats d’actions étrangères.

La Chine, qui reste, devant le Japon, le premier détenteur d’obligations d’État américaines a encore réduit son portefeuille pour le deuxième mois d’affilée alors que Pékin est en plein bras de fer commercial avec Washington.

Les placements de la Chine en bons du Trésor se montent à 1113 milliards de dollars en avril, en léger retrait (-6,5 milliards) par rapport à mars et au plus bas depuis mai 2017.

Au deuxième rang des investisseurs par le volume de son portefeuille, le Japon détient 1064 milliards de dollars en bons du Trésor (-14 milliards par rapport à mars).

Loin derrière, se situent le Brésil (307 mds USD), le Royaume-Uni (301 mds), l’Irlande (270 mds) et la Suisse (227 mds).