Apple s'apprête à s'endetter pour la première fois en euros

Le groupe informatique américain Apple pourrait procéder à son premier emprunt... (Photo Archives Reuters)

Agrandir

Photo Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le groupe informatique américain Apple pourrait procéder à son premier emprunt obligataire en euros, ont indiqué à l'AFP lundi des sources bancaires.

La marque à la pomme a mandaté les banques allemande Deutsche Bank et américaine Goldman Sachs pour arranger une série de rendez-vous téléphoniques avec les gros investisseurs intervenant sur le marché des revenus fixes ou «Fixed Income» (courtage des obligations, contrats à terme sur les changes et les matières premières), ont précisé à l'AFP ces sources, qui ont requis l'anonymat.

À l'issue de ces rencontres, Apple envisage d'effectuer un emprunt obligataire auprès des marchés, selon ces sources. Les entretiens se déroulaient lundi à Londres et dans d'autres grandes capitales occidentales.

Une partie de l'emprunt se ferait en euros, ont ajouté les sources. Ce serait la première fois qu'Apple s'endetterait en euros. Jusqu'ici le groupe de Cupertino (Californie) avait toujours émis ses obligations en dollars.

L'annonce devrait intervenir mardi, selon le Wall Street Journal.

Pour l'instant, le montant de l'opération n'est pas connu, mais Apple a habitué les investisseurs à des sommes faramineuses. Il détient le record d'une émission obligataire jamais émise par une entreprise dans le monde, selon les données recensées par le cabinet américain Dealogic. C'était en 2013 lorsqu'il s'était endetté à hauteur de 17 milliards de dollars auprès des marchés pour financer une partie des dividendes et rachats d'actions promis à ses actionnaires.

En avril, Apple s'était montré moins demandeur en empruntant seulement 12 milliards de dollars auprès des marchés.

Les opérations de la marque à la pomme suscitent souvent un gros intérêt de la part des investisseurs qui considèrent Apple comme un placement sûr.

Apple dispose d'un gros «trésor de guerre» qui se trouve dans des comptes à l'étranger. Mais il préfère emprunter pour profiter d'un environnement de taux quasi nuls aussi bien aux États-Unis qu'en Europe.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer