La transmission incomplète d'un changement à la programmation du traitement des données est à l'origine de l'erreur dans les résultats initiaux de l'Enquête sur la population active (EPA) de juillet, selon le rapport d'enquête publié hier par Statistique Canada.

Rudy Le Cours LA PRESSE

Dans la mécanique complexe du traitement de l'EPA menée tous les mois durant la semaine du 15e jour, on a observé une erreur dans le processus d'imputation. Celui-ci consiste à attribuer une réponse aux ménages non répondants en fonction de leur réponse (employé, chômeur, occupé) du mois précédent pondérée par les tendances lourdes des résultats du mois en cours. Dans la semaine du 15 juillet, bien des gens sont en vacances ou viennent de déménager.

Des changements non communiqués apportés au système de traitement des données ont conduit à ne pas reprendre les données de juin pour l'imputation des résultats de juillet. Au final, le traitement des données largement automatisé a donné la création de 200 emplois, à la surprise générale. Les observateurs s'attendaient à un rebond après plusieurs mois de croissance économique qui n'avait pas été suivie par une croissance correspondante de l'emploi.

Résultats plausibles

Un premier examen, en se basant sur tous les résultats mensuels depuis 1985, a permis de constater que pareils résultats étaient rares, mais statistiquement plausibles.

La révision détaillée du processus de traitement a cependant permis de mettre le doigt sur le bobo, dès le lundi suivant la publication. Les données ont été retraitées. Elles ont résulté en la création de 41 000 emplois, un chiffre plus en accord avec le niveau de croissance économique actuel.

Une enquête a été commandée par le statisticien en chef Wayne Smith. Le rapport publié hier met en lumière ce qui s'est passé et formule cinq recommandations administratives pour que l'incident ne se répète plus.

L'EPA est fondée sur des entrevues par téléphone auprès de 56 000 ménages répartis d'un océan à l'autre. L'échantillon est fractionné en six groupes dont un est renouvelé tous les mois. Cinq sixièmes de l'échantillon figurent donc dans les résultats deux mois d'affilée.

La conduite de l'EPA fait l'objet d'améliorations continues.