L'équipementier en télécoms américain Cisco (CSCO) a annoncé mardi l'acquisition de la société américaine spécialisée dans la cybersécurité Sourcefire (FIRE), pour un prix d'environ 2,7 milliards de dollars.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous faisons un pas important pour accélérer notre activité de sécurité», s'est félicité Chris Young, vice-président de Cisco en charge de ce secteur qui comprend par exemple les passerelles sécurisées d'accès aux réseaux (VPN) ou les pare-feux.

Sourcefire, basée dans le Maryland (est), a été fondée en 2001 et est entrée en Bourse en 2007. Elle compte aujourd'hui 650 employés et ses logiciels sont utilisés par plus de 2.500 clients dans 180 pays, parmi lesquels beaucoup de grosses entreprises et des agences gouvernementales et militaires américaines.

Elle a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 223,1 millions de dollars, en hausse de 35% sur un an, et son potentiel de croissance à court terme est évalué à 25%.

Cisco a prévenu que la transaction aurait au départ un effet légèrement négatif sur son bénéfice en raison notamment des coûts d'intégration.

Il espère toutefois à terme d'importantes retombées car il juge que la sécurité est un domaine porteur vu la complexité croissante des réseaux et des menaces.

«Le paysage informatique change», avec le développement de réseaux mobiles et de services dématérialisés (dans le «cloud») qui «créent des points d'entrée et des infrastructures que dans beaucoup de cas le gestionnaire informatique (de l'entreprise) ne contrôle plus», a commenté Chris Young.

Et alors qu'il y a quelques années les attaques virales ou par courriels restaient «discrètes», a-t-il poursuivi, «aujourd'hui nous sommes confrontés à une population très sophistiquée et bien financée de cybercriminels, qui utilisent de nouvelles techniques (...) pour lancer des attaques ciblées».

Cisco précise que le prix payé comprend des primes versées aux salariés qui resteront dans l'entreprise après son rachat. Le fondateur de Sourcefire, Martin Roesch, qui en est toujours aujourd'hui le directeur technique, devrait notamment obtenir des responsabilités en termes de stratégie dans la branche sécurité de sa nouvelle maison mère.

La transaction devrait être bouclée au deuxième semestre, sous réserve du feu vert des autorités compétentes et des actionnaires de la cible. Elle a déjà été approuvée par les conseils d'administration des deux sociétés.

Cisco prévoit de payer 76 dollars pour chaque action Sourcefire. Celle-ci, qui avait clôturé lundi à 59,08 dollars à la Bourse de New York, s'envolait logiquement de 27,67% à 75,43 dollars mardi vers 10h45. Cisco pour sa part perdait 0,62% à 25,56 dollars.

Cisco a fait beaucoup d'investissements récemment pour se développer dans des secteurs qu'il juge porteurs pour son avenir, comme les services ou l'informatique dématérialisée (cloud).

Il a dans ce cadre procédé à une série d'acquisitions, mais Sourcefire est l'une des plus coûteuses avec NDS (logiciels de TV) et Meraki (cloud) payés respectivement 5 et 1,2 milliard l'an dernier.