Le bouquet satellitaire américain Dish Network a renoncé mercredi à son offre de rachat sur le fournisseur d'accès à internet Clearwire, une semaine après avoir jeté l'éponge dans une autre bataille boursière, concernant l'opérateur de téléphonie mobile Sprint.

Mis à jour le 26 juin 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

Dish faisait depuis plusieurs mois monter les enchères avec Sprint pour racheter Clearwire, une société très endettée mais disposant d'un ample portefeuille de fréquences, une denrée stratégique vu les besoins croissants suscités par l'essor des téléphones intelligents et des tablettes informatiques.

«L'offre de Dish (sur Clearwire) prévoyait qu'elle pouvait être retirée, entre autres raisons, suite à un récent changement de recommandation de Clearwire», a commenté le bouquet satellite mardi dans un bref communiqué.

C'est justement ce qui s'est passé. Clearwire, dont Sprint détient déjà environ la moitié, avait créé la surprise il y a deux semaines en annonçant soutenir la dernière offre de Dish. Mais la société s'est ravisée une semaine plus tard, quand Sprint a de nouveau relevé son offre.

Dish avait parallèlement mené une autre bataille boursière, visant à prendre le contrôle de Sprint lui-même et l'opposant cette fois au groupe japonais SoftBank. Il vient de renoncer aussi dans ce dossier.

Son intervention aura néanmoins dans les deux cas obligé son concurrent à mettre beaucoup plus sur la table que ce qu'il prévoyait au départ.

Sprint propose désormais 5 dollars par titre Clearwire, soit une valorisation de la société à 14 milliards de dollars dette comprise, contre seulement 2,90 dollars dans son offre initiale au départ.

SoftBank a pour sa part relevé son offre sur Sprint de 20,1 à 21,6 milliards de dollars.