Le groupe informatique Apple a clôturé vendredi à son plus bas niveau depuis dix mois à la Bourse de New York, son action, qui avait déjà beaucoup perdu depuis ses records de septembre, ayant été plombée un peu plus par des inquiétudes sur ses ventes d'iPhone 5.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le titre a terminé la séance sur un recul de 3,76% à 509,79 dollars. Il faut remonter au 17 février pour trouver un cours plus bas en clôture (502,12 dollars).

L'action Apple se retrouve ainsi à un niveau inférieur de 27% à son sommet historique de 702,10 dollars enregistré le 19 septembre, juste avant le lancement de la cinquième version de son téléphone, l'iPhone 5, aux États-Unis et dans 6 autres pays.

Le groupe à la pomme a justement été pénalisé vendredi par le pessimisme des courtiers qui anticipaient des ventes mitigées de l'iPhone 5 sur le marché chinois, où il faisait ses débuts.

Se basant sur une enquête réalisée par leur société en Chine, les experts du groupe d'analyse financière T.H. Capital disent «ne pas s'attendre à un succès de l'iPhone 5» dans ce pays.

«Les consommateurs font preuve de moins d'intérêt pour l'iPhone 5 que pour l'iPhone 4/4S», seulement 14% affirmant d'entre eux s'affirmant prêt à en acheter un à sa sortie, selon cette enquête.

En outre, selon eux, «les prix élevés de l'iPhone 5 font fuir les clients», sans compter que «les circuits de vente d'Apple en Chine peuvent encore être optimisés du point de vue des ventes et des services».

Ces dernières années, le lancement en Chine de nouveaux modèles d'iPhone avait régulièrement donné lieu à des bousculades et à l'apparition d'un marché noir, tant l'engouement de la classe moyenne chinoise était grand.

Compte tenu de ces craintes, du contexte incertain de l'économie européenne, de la concurrence accrue dans le secteur, les analystes de la banque UBS ont réduit vendredi leur estimation de prix pour Apple de 780 dollars à 700 dollars.

Certains courtiers évoquaient un «plus bas générationnel» du titre Apple, c'est-à-dire «un recul trop important qui ne semble pas justifié dans les faits» selon Michael Gayed, de Pension Partners.

L'action Apple restait vendredi en hausse de près 26% sur l'ensemble de l'année 2012.