Après 15 ans, Ubisoft Montréal est-il rendu à maturité? L'entreprise jure que non, mais son studio montréalais ne grossit plus depuis un an et demi.

Publié le 15 juill. 2012
Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

Lors de son dixième anniversaire en sol québécois en 2007, Ubisoft annonçait son intention de passer de 1500 à 3000 employés au Québec en 2013. Depuis un an et demi, son nombre d'employés est resté stable à 2400 (2100 à Montréal, 300 à Québec). En 2008, Ubisoft a aussi acquis Hydride, une entreprise d'effets spéciaux comptant 85 employés à Piedmont dans les Laurentides. «Le studio de Montréal n'est absolument pas mature, dit le PDG Yves Guillemot. C'est toujours notre objectif (d'avoir 3000 employés). Nous recrutons encore pas mal, mais à chaque fois qu'on trouve un nouvel employé, un autre s'en va.»

Pendant que ses effectifs stagnent à Montréal, Ubisoft grossit à vue d'oeil à Toronto. Inauguré en septembre 2010, son studio torontois a déjà 230 employés et en comptera 800 à maturité en 2019, notamment grâce à une subvention directe de 263 millions sur 10 ans du gouvernement de l'Ontario (en plus des crédits d'impôt). «N'importe quelle entreprise qui a du succès grandit. Si on limite la croissance, c'est qu'on décide de limiter la croissance», dit Martin Tremblay, l'ancien patron d'Ubisoft Montréal maintenant à la tête de la division de jeux vidéo de Warner Brothers, qui tient à rendre hommage à son ancien employeur pour ses 15 ans à Montréal. «Les gens d'Ubisoft Montréal sont impressionnants, ils n'ont pas peur d'être créatifs et ils font avancer l'industrie», dit-il.