Les non-résidents ont ajouté 6,7 milliards de dollars à leurs avoirs de titres canadiens en février, entièrement en obligations canadiennes, a révélé lundi Statistique Canada.

LA PRESSE CANADIENNE

Parallèlement, ajoute l'agence fédérale, les investisseurs canadiens ont acquis pour 3,9 milliards de titres étrangers sous forme d'instruments d'emprunt et d'actions en février, après avoir effectué d'importants désinvestissements en janvier. Il s'agissait de la plus forte sortie de capitaux enregistrée depuis mars 2009.

Les non-résidents ont acquis pour 7,8 milliards d'obligations canadiennes en février; il s'agit toutefois d'acquisitions moins prononcées qu'en janvier.

Depuis janvier 2009, dit Statistique Canada, les non-résidents ont ajouté des obligations canadiennes à leurs portefeuilles durant 14 mois consécutifs, les acquisitions ayant atteint 100,7 milliards.

Les investisseurs étrangers ont réduit de 855 millions leurs avoirs en instruments du marché monétaire canadien, environ la moitié du désinvestissement ayant visé les effets des gouvernements provinciaux.

Les non-résidents ont recommencé à se départir de leurs avoirs en effets du gouvernement fédéral en février, ceux-ci ayant reculé de 315 millions, alors que le marché des bons du Trésor du gouvernement fédéral s'est contracté pour un cinquième mois consécutif.

Les Canadiens ont repris leurs achats d'obligations étrangères en février, en ayant ajouté 1,8 milliard à leurs portefeuilles. Dans l'ensemble, les deux tiers de ces investissements étaient en obligations du gouvernement des États-Unis et touchaient principalement l'obligation de référence à sept ans.

Le reste était formé d'achats d'obligations de sociétés américaines et d'obligations autres qu'américaines, dans ce dernier cas en raison d'une activité accrue observée sur le marché des obligations feuille d'érable.

Les investisseurs canadiens ont aussi acquis pour 749 millions d'instruments du marché monétaire étranger en février, ce qui s'ajoute aux investissements de janvier.

Les Canadiens ont ajouté pour 1,4 milliard leurs avoirs d'actions étrangères en février, soit le plus important investissement de ce genre depuis août 2009.