L'homme d'affaires Daniel Gauthier dévoile les plans de son hôtel de 150 chambres dont la construction démarrera cet été à Baie-Saint-Paul.

Sylvain Desmeules, collaboration spéciale

L'homme d'affaires Daniel Gauthier dévoile les plans de son hôtel de 150 chambres dont la construction démarrera cet été à Baie-Saint-Paul.

Le résultat ne pouvait qu'être surprenant, surtout qu'on avait confié la réalisation des plans à l'architecte Pierre Thibault. C'est le premier plan concret de 50 millions $ qui dit tout sur le rêve fou de 230 millions $.

Ce chantier durera 22 mois. On y construira un hôtel éclaté : deux ailes de quatre étages entièrement de bois dont 85 % des chambres sont orientées vers le sud-est, le fleuve en l'occurrence, pour favoriser la conservation de l'énergie et la ventilation naturelle des chambres. En plus de l'énergie solaire, la géothermie ainsi que la biomasse seront utilisées pour le chauffage du bâtiment et de l'eau. L'hôtel à lui seul coûtera 35 millions $.

«Le concept est vraiment fait pour la région de Baie-Saint-Paul, qui respecte les caractéristiques naturelles et culturelles du milieu. Ce sera un lieu d'échanges, entre les gens d'ici et les visiteurs», disait M. Gauthier, gardant toujours à l'esprit le mariage culture et nature.

«Afin de favoriser une intégration respectueuse du paysage rural, j'ai volontairement réalisé le plan d'ensemble de l'hôtel et de ses composantes à l'image des bâtiments de ferme d'autrefois. Je les ai donc aménagés de façon éclatée dans un périmètre de 4,5 hectares, au coeur du paysage champêtre et de façon à porter le regard vers l'horizon fluvial», a dit l'architecte qui convient de la poésie de son approche.

Un basilaire au toit végétalisé abritera les 150 places de stationnement. Plus loin, on trouvera une salle multifonctionnelle, des salles de réunion, une gare (pour accueillir le train touristique), une serre, des jardins de graminés et de minéraux, des champs en culture tout autour, tout ça rappelant le patrimoine agricole.

D'ailleurs, les deux silos, seuls vestiges de la ferme Filbaie détruite par un incendie en 2007, sont intégrés à la gare.

C'est au mois d'août que commencera le chantier, une fois qu'on aura réglé la délicate question des sols, constitués de glaise et qui obligent à ériger les bâtiments sur un sol compacté ou encore sur pieux. L'hôtel accueillera ses premiers clients en décembre 2009, à temps pour la saison de ski.

Accueil positif

«C'est un projet qui ne pourrait se faire nulle part ailleurs qu'à Baie-Saint-Paul et pas à un autre endroit que ce site», disait le président de la Chambre de commerce, Mathieu Simard, lui-même architecte de profession et ravi du concept.

«Je suis impressionné par ce qu'on nous présente. C'est de calibre international ce que nous avons devant les yeux. Je me mets à la place des visiteurs et ils vont être émerveillés», disait à son tour Bruno Labbé, président de Tourisme Charlevoix.

«Je trouve le projet magnifique, a laissé échapper le maire Jean Fortin. Ils recherchaient l'harmonie avec l'environnement de Baie-Saint-Paul, ce qui nous préoccupait également. Non seulement ils ont réussi, mais on vient bonifier le secteur.»

Parallèlement à ce chantier, on construira une gare et une télébenne à la base de la station de ski du Massif, on complétera la réfection de la voie ferrée et on mettra en marche la navette ferroviaire, plus de 70 millions $ investis en deux ans.