Trois centres de formation professionnelle de la région ont signé un protocole de coopération avec une école chinoise, le Beijing Vocational College of Science Design & Craft Faculty.

Myriam Bacon

Trois centres de formation professionnelle de la région ont signé un protocole de coopération avec une école chinoise, le Beijing Vocational College of Science Design & Craft Faculty.

Des étudiants du centre Qualitech de la commission scolaire du Chemin-du-Roy, du CiMME (Centre intégré de mécanique, de métallurgie et d'électricité) de la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys et du Carrefour Formation Mauricie de la commission scolaire de l'Énergie, tout comme leurs collègues de Beijing, pourraient donc bientôt profiter d'une nouvelle expertise internationale.

On espère ainsi que des enseignants québécois et chinois des établissements signataires pourront prendre part à des stages leur permettant de se perfectionner du point de vue technique et pédagogique dans les domaines de la mécanique industrielle, de l'usinage, de l'électromécanique, du dessin technique et de l'électricité.

Si dans un premier temps, on compte permettre aux enseignants d'effectuer des stages, on désire ensuite en faire de même pour les étudiants.

«Et on veut que ce soit très rapidement», indique Bernard Dufourd en parlant des étudiants québécois. M. Dufourd est président d'Éducation internationale, une coopérative issue de la Fédération des commissions scolaires du Québec qui est aussi signataire de l'entente.

Pour M. Dufourd, dont l'organisme mène déjà d'autres projets ailleurs dans le monde, la Chine est devenue un joueur important.

«Compte tenu du contexte de mondialisation, il faut placer les jeunes en contact avec les pays émergents», indique-t-il en parlant de la Chine et aussi de l'Inde.

«Malgré la distance, on se rend compte qu'il y a beaucoup de points en commun», souligne quant à elle Jeanne Breton, directrice du CiMME.

«Nous avons beaucoup de points en commun», fait aussi remarquer Zhu Jinjing, président de l'école chinoise signataire, après avoir visité le centre Qualitech et le Carrefour Formation Mauricie.

En Chine, M. Jinjing dirige un établissement d'environ 3000 étudiants offrant des formations de niveau secondaire, collégial ainsi que de premier cycle universitaire et accueillant, depuis quelque quarante ans, des étudiants qui proviennent principalement de la région de Beijing.

«Nous sommes une école de niveau national», explique M. Jinjing. Et comment pourront communiquer les participants chinois et québécois lors des échanges?

«En anglais, répond Zhu Jinjing. Et nous avons un programme plus visuel.»

Le protocole d'entente signé par les parties ne contient pas encore d'échéance puisqu'il s'agit d'un énoncé d'intentions, mais les deux parties semblent déterminées à concrétiser leur volonté le plus tôt possible. Ainsi une première délégation québécoise devrait se rendre en Chine dès le printemps.