Les profits de Gaz Métro (T.GZMUN) ont atteint les 71,8 M$ au premier trimestre 2007, en progression de 1,4% par rapport au premier trimestre 2006.

Jean-François Cloutier

Les profits de Gaz Métro [[|ticker sym='T.GZMUN'|]] ont atteint les 71,8 M$ au premier trimestre 2007, en progression de 1,4% par rapport au premier trimestre 2006.

Ceux-ci n'ont pas été affectés par la forte décrue au chapitre des revenus, qui chutent de 21,6%, à 534 M$, en raison d'une baisse importante du prix du gaz naturel, dans la mesure où le gaz est facturé au coût d'acquisition au Québec.

La température clémente du début de l'hiver s'est également révélée sans effet sur les résultats de la société, cette dernière jouissant d'un mécanisme de normalisation au Québec des volumes de gaz distribués.

Robert Tessier, pdg de Gaz Métro, a fait valoir que son entreprise avait augmenté globalement ses livraisons de 17,6%, grâce notamment à l'ajout de nouveaux clients résidentiels et au démarrage de la centrale de cogénération de TransCanada Energy Ltd. à Bécancour.

L'entreprise se targue d'avoir pu annoncer ces résultats malgré qu'elle ait eu à composer pour une autre année avec une réduction du rendement de base autorisé.

Pour l'avenir, beaucoup d'espoir sont placés sur une demande déposée le 12 janvier dernier à la Régie de l'énergie en vue d'apporter des modifications au mécanisme incitatif.

Ce mécanisme, qui permet à Gaz Métro de profiter d'éventuels gains de productivité en conservant pour elle une partie des économies réalisées, doit devenir moins dépendant du volume de gaz vendu, qui tend à décroître à mesure que l'efficacité énergétique gagne en popularité, en se focalisant davantage sur le coût de service.

Gaz Métro dessert quelque 167 000 clients au Québec.