Malgré la vigueur du dollar qui touche sa clientèle étrangère, le chantier de Rabaska à Mont-Tremblant vient de démarrer. Les premiers condos devraient même être livrés d'ici la fin de l'année.

Laurier Cloutier

Malgré la vigueur du dollar qui touche sa clientèle étrangère, le chantier de Rabaska à Mont-Tremblant vient de démarrer. Les premiers condos devraient même être livrés d'ici la fin de l'année.

La phase deux de L'Aiglon de Tremblant vient aussi d'être mise en chantier et les premières unités seront également livrées d'ici la fin de 2007, déclare à La Presse Affaires Marc Perreault, président d'Équipe Landco, l'entrepreneur derrière les deux projets résidentiels.

Dans le cas de Rabaska, 15 des acheteurs des 20 premiers condos vendus proviennent de l'Angleterre et de l'Irlande, explique-t-il. Il a par ailleurs vendu ceux de L'Aiglon jusqu'ici à des amateurs de Grande-Bretagne (20%) et des États-Unis (10%), sans souffrir de la remontée du huard, essentiellement à l'égard du dollar américain d'ailleurs. Les reste est vendu à des clients canadiens.

Les acheteurs britanniques et américains paieraient beaucoup plus cher leurs résidences secondaires dans d'autres centres de villégiature, tant en Espagne qu'au Colorado (Aspen, Vail), souligne encore M. Perreault.

Rabaska mise sur le respect de l'environnement. Marc Perreault a fait appel à Biofilia, une firme de consultants en environnement, et à AGIR, un regroupement pour la gestion durable de la rivière du Diable, pour réaliser son projet de 119 unités d'habitation d'une valeur de 60 millions. La phase II de L'Aiglon ne comprend que 24 condos.

Arbres et tranquillité

À l'ombre des stations Tremblant et Gray Rocks, le président a choisi pour Rabaska un terrain boisé de 167 acres, comprenant le golf La Bête, qui longe la rivière du Diable sur 2,5 km.

Rabaska comprendra 86 condos et triplex, 19 maisons unifamiliales et 14 maisons jumelées. De 1200 à 5000 pieds carrés, ces résidences secondaires se vendent de 250 000$ à 1,3 million.

La clientèle recherche des arbres et de la tranquillité, dit Marc Perreault. Celle des États-Unis en particulier apprécie la sécurité et la joie de vivre des Québécois, selon lui. L'Aiglon organise d'ailleurs des activités familiales.

À partir de novembre 2007, Rabaska pourra profiter de trois vols par semaine sans escale entre l'aéroport de La Macaza et les villes de New York, Boston et Philadelphie, note-t-il.