Pour une deuxième année consécutive, Bombardier (T.BBD.B) a laissé la compétition dans son sillage en aviation d'affaires.

Marie Tison

Pour une deuxième année consécutive, Bombardier [[|ticker sym='T.BBD.B'|]] a laissé la compétition dans son sillage en aviation d'affaires.

L'entreprise montréalaise a livré 213 appareils en 2006 pour la jolie somme de 4,8 milliards de dollars US, selon des données de la General Aviation Manufacturers Association (GAMA).

Bombardier a ainsi accentué l'avance qu'elle détenait devant son plus proche concurrent, Gulfstream, qui a livré 113 appareils pour la somme de 4,1 milliards US. Le porte-parole de Bombardier Aéronautique, Leo Knaapen, attribue notamment cette performance au fait que Bombardier offre une famille complète d'appareils, depuis le léger Learjet40 jusqu'au très long courrier Global Express.

«Nous sommes en avance sur l'industrie, nous sommes en avance sur notre temps, affirme M. Knaapen. Je ne me vante pas, c'est un fait.»

L'analyste Richard Aboulafia, de la firme américaine Teal Group, estime toutefois que Bombardier traîne de la patte en fait de nouveaux produits.

La firme européenne Dassault Falcon Jet est sur le point de certifier le 7X, un appareil qui se mesurera au Global Express, en plus de planifier un nouvel appareil qui entrerait en compétition avec le Learjet ou le Challenger de Bombardier.

Embraer, l'éternel concurrent de Bombardier dans le secteur de l'aviation régionale, a également les dents longues en aviation d'affaires: en plus de développer deux petits biréacteurs , le Phenom 100 et le Phenom 300, elle étudie de nouveaux appareils qui entrerait en concurrence directe avec les appareils Learjet de Bombardier.

«Même si Bombardier va bien aujourd'hui, elle est un peu à la traîne en terme de lancement de nouveaux appareils», soutient M. Aboulafia.

L'année 2006 a été particulièrement faste pour l'ensemble de l'industrie de l'aviation d'affaires. Selon la GAMA, la valeur des livraison a augmenté de 24,1 % par rapport à l'année précédente pour atteindre 18,8 milliards US.

«Plusieurs facteurs ont joué un rôle dans cette année extraordinaire, soit une croissance économique à l'échelle mondiale, un solide marché d'exportation et un recours de plus en plus grand à l'aviation privée pour les déplacements d'affaires et les déplacements personnels», a déclaré le président de la GAMA, John Grisik.

«Comme les manufacturiers continuent à remplir leurs carnets de commande, la GAMA prévoit une autre année robuste en 2007 et au-delà.»

Bombardier a pleinement profité de cette croissance: la valeur de ses livraisons a augmenté de 24,5 % par rapport à 2005. Gulfstream, qui dominait le monde de l'aviation d'affaires au début des années 2000, n'a pas réussi à suivre le rythme de croissance de l'industrie en 2006.

La valeur de ses livraisons a augmenté de 19,9 %, soit près de cinq points de pourcentage de moins que l'industrie.

En ce qui concerne le nombre d'appareils vendus, c'est Cessna qui remporte la palme avec 1239 livraisons en 2006.

La filiale de la multinationale américaine Textron est toutefois arrivée troisième pour ce qui est de la valeur des livraisons, soit 3,2 milliards US. Raytheon Aircraft Company, récemment acquise par ONEX, arrive loin derrière avec des livraisons de moins de 1,9 milliard US, suivie par Dassault Falcon Jet, avec des livraisons de près de 1,8 milliard US.

Embraer est encore un petit joueur avec des livraisons de 637 millions US.

Il s'agit toutefois d'un bond de 42 % par rapport à 2005.

Et en 2001, les livraisons de l'avionneur brésilien étaient tellement peu importantes que la GAMA ne les incluaient pas dans ses statistiques annuelles.