Le virage vert adopté par les entreprises a mené à la création d'emplois spécialisés: conseillers en environnement ou éco-conseillers.

Caroline Rodgers, collaboration spéciale

Le virage vert adopté par les entreprises a mené à la création d'emplois spécialisés: conseillers en environnement ou éco-conseillers.

Depuis son arrivée en poste à l'Hôtel des Seigneurs, à Saint-Hyacinthe, Jade Guilbert a implanté un programme de récupération, formé les employés et mis sur pied des forfaits écologiques pour les réunions.

"J'aime poser des actions concrètes, visibles, qui auront un résultat pour les générations actuelles et futures", dit la jeune femme, qui adore son travail.

Un conseiller en environnement aide une entreprise à améliorer sa gestion environnementale sous divers aspects. Cela va du choix de produits nettoyants écologiques à l'installation d'un système de compostage maison.

"On cherche aussi à sensibiliser les exposants et les organisateurs aux déchets et aux émissions de gaz à effet de serre que leurs événements produisent", explique Mme Guilbert.

Pour faire ce métier, il faut de la persévérance, un très bon sens de l'organisation et savoir communiquer. Au Québec, différentes formations sont offertes.

Mme Guilbert a obtenu une attestation d'études collégiales en gestion environnementale au collège Rosemont. Cette formation dure un an.

On offre aussi une formation plus poussée à l'Université du Québec à Chicoutimi: un diplôme d'études supérieures spécialisées en éco-conseil, d'une durée de 18 mois, incluant un stage rémunéré de 600 heures en entreprise.

Alors qu'un technicien formé au collégial veille à l'application des mesures environnementales, l'éco-conseiller formé à l'université conçoit des programmes impliquant une démarche intellectuelle et scientifique poussée.

Pour en savoir plus:

www.workopolis.com

(sur la page d'accueil utilisez Recherche rapide ou les liens RapidEmploi)

Pour avoir une description du poste:

www.monemploi.com