Un grand nombre de cohortes de la formation accélérée pour devenir infirmière auxiliaire n’ont pas commencé leurs cours comme prévu lundi. De nombreuses personnes inscrites, qui travaillent déjà dans le milieu de la santé, ne sont pas disponibles. Omicron force le report des cours à la fin du mois de mars.

Publié le 20 janvier
Léa Carrier
Léa Carrier La Presse

Dans le contexte de la cinquième vague, Québec a donné de nouvelles directives en lien avec le début des programmes de formation accélérée pour devenir infirmière auxiliaire ou agent administratif, qui devaient commencer le 17 janvier. Les établissements de santé ont maintenant jusqu’au 31 mars pour commencer les cours.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux s’attendait à ce qu’un certain nombre d’employés de son réseau s’inscrivent aux formations accélérées, mais c’était avant que le variant Omicron ne mette sur la touche des milliers de travailleurs.

Afin d’éviter des ruptures de services, plusieurs régions ont remis à plus tard le début des formations, en particulier dans le cas des cohortes composées de personnes travaillant déjà dans le réseau.

Le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec a reporté indéfiniment la formation de 95 employés inscrits au programme pour devenir infirmier ou infirmière auxiliaire.

Comme plusieurs d’entre eux occupent des postes d’aide de service et de préposé aux bénéficiaires à l’hébergement, leur contribution au travail dans le contexte actuel est essentielle pour le maintien des services.

Philippe Lehoux, relationniste du CIUSSS, dans un courriel

Les régions de la Capitale-Nationale, de l’Outaouais et de la Montérégie-Centre se sont aussi prévalues de la période de sursis accordée par Québec. « Compte tenu des enjeux de main-d’œuvre actuels, les groupes qui incluent des employés actuellement en poste ont été reportés de quelques semaines. La date de report demeure à confirmer », a affirmé le CISSS de la Montérégie-Centre.

D’autres régions, comme l’Estrie, ont décidé de commencer leur formation à temps partiel. Mercredi, le Ministère n’était pas en mesure de préciser le nombre de personnes touchées par ces reports ou ces formations offertes à temps partiel. « Comme les énergies sont actuellement mises à remanier les groupes, nous ne sommes pas à l’étape d’établir un portrait statistique pour le moment. Celui-ci viendra ultérieurement », a-t-on fait savoir.

Les formations pour devenir agent administratif suivent le calendrier initial, d’après la douzaine d’établissements de santé contactés par La Presse.

Attirer de nouvelles ressources

Avec ces formations accélérées, le gouvernement espère recruter 2000 infirmières auxiliaires et 3000 agents administratifs, préférablement de l’extérieur du réseau. Plus de 8300 demandes d’admission au programme de formation pour devenir infirmière auxiliaire et 5200 demandes d’admission au programme de formation pour devenir agent administratif ont été soumises jusqu’à présent.

Lors de l’analyse des candidatures, Québec demande aux établissements de santé d’« évaluer leur capacité à libérer le personnel déjà à l’emploi du réseau ».

« Il n’est pas souhaité que ces programmes soient constitués uniquement d’employés du réseau », a souligné le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Des cohortes composées de personnes provenant de l’externe ont été en mesure de commencer leur formation en début de semaine dans la plupart des régions. Mais pas partout. Dans le Bas-Saint-Laurent, les candidats de l’extérieur étaient trop peu nombreux pour former un groupe à eux seuls – sur 52 personnes inscrites, 30 sont employées par le CISSS. C’est donc la formation de l’entièreté de la cohorte qui a été reportée.

Afin de compenser les départs vers les formations accélérées, Québec prévoit d’ajouter prochainement des bourses pour la formation de préposés aux bénéficiaires. Ces cohortes devront inclure un minimum de nouveaux candidats qui ne travaillent pas déjà dans le milieu de la santé.

Cible maintenue

Malgré les reports, Québec maintient ses cibles. Les renforts doivent arriver dans le réseau dès l’été prochain, lorsque les agents administratifs en devenir auront terminé leurs huit semaines de formation. Pour les infirmières auxiliaires, le gouvernement vise toujours leur arrivée à l’été 2023, au terme de leurs 14 mois de formation.