Le Collège des médecins prévient qu’un soi-disant « certificat de bonne santé » en vue d’un voyage à l’étranger n’a « aucune valeur » et présente une mauvaise utilisation des ressources médicales.

La Presse canadienne

L’organisation dit par communiqué avoir été informée du fait que certaines agences de voyages et compagnies d’assurance demanderaient à des personnes planifiant un séjour hors Québec d’obtenir de la part d’un médecin un « certificat de bonne santé » cinq jours ou moins avant leur départ afin de leur permettre de voyager.

Le Collège des médecins fait valoir que de tels certificats n’ont « aucune valeur puisqu’ils ne permettent pas de confirmer ni d’infirmer la présence du coronavirus, ni d’assurer que la personne ne développera pas les symptômes liés à la COVID-19 dans les jours suivant son arrivée à destination ».

Le Collège souhaite que ce type de demande cesse, car « elle entraîne une mauvaise utilisation des ressources médicales, lesquelles devraient être entièrement mobilisées au service des personnes malades ». Il souligne même qu’une personne se présentant simplement pour obtenir un certificat risque « une exposition inutile à un risque de contagion en salle d’attente ».

Des démarches sont en cours auprès des associations d’agents de voyage et de compagnies d’assurance pour mettre un terme à ces pratiques, précise-t-on.

Le Collège recommande aux médecins de ne pas produire ces certificats.