(Toronto) La survie des bébés prématurés a bondi de 25 % après l’introduction de nouvelles pratiques dans les unités néonatales du Canada, selon une étude portant sur près de 51 000 nourrissons entre 2004 et 2017.

La Presse canadienne

Les changements introduits en 2003 comprenaient une utilisation accrue des stéroïdes pour les mères 48 heures avant l’accouchement pour aider les bébés dont les poumons ne seraient pas complètement développés ; une augmentation de la température corporelle des nourrissons à la naissance ; et une réduction de l’utilisation de la ventilation invasive pour les aider à respirer.

L’étude publiée lundi dans le Journal de l’Association médicale canadienne indique que les bébés nés à moins de 33 semaines de gestation ont vu leur survie augmenter de 56,6 % à 70,9 %, sans problèmes de santé majeurs.

Elle ajoute que les pratiques améliorées ont été initiées par le Réseau néonatal canadien, qui comprend des chercheurs et des professionnels de la santé tels que des médecins, des infirmières et des inhalothérapeutes — tous néonatals — dans chaque province.

Le docteur Prakesh Shah, le directeur du réseau et l’auteur principal de l’étude provenant de Sinai Health à Toronto, a déclaré que les mesures avaient également augmenté la survie de 5 % pour les bébés nés entre 23 et 25 semaines de gestation.

Le réseau partage des données à travers le pays pour améliorer systématiquement la qualité des soins à long terme pour les bébés, certains qui sont nés très prématurés et peuvent avoir des complications telles que des infections, des problèmes pulmonaires nécessitant de l’oxygène et des saignements dans le cerveau, a déclaré le docteur Shah, le pédiatre en chef chez Sinai Health.

Il a dit que les mères sur le point d’accoucher d’un bébé prématuré reçoivent un stéroïde parce que leur bébé n’a pas encore produit une substance appelée surfactant dans ses poumons.

« C’est comme un savon qui permet aux poumons de ne pas s’effondrer », a-t-il expliqué.

Les améliorations de la qualité à travers le réseau signifient que les ventilateurs sont moins couramment utilisés, car ils réduisent la capacité des bébés à respirer par eux-mêmes, a précisé le docteur Shah.

« Nous avons appris que permettre aux bébés de respirer [seuls] était meilleur en ce qui a trait aux résultats à long terme, alors maintenant, nous ne posons pas automatiquement le tube », a-t-il dit.

Garder les bébés au chaud augmente également la survie et cela signifie les emballer dans du plastique lorsqu’ils sont nés, a-t-il déclaré.