Source ID:464f6d5c-fb83-4e37-bc39-148304c3ab37; App Source:alfamedia

Michael Fortier donne 1 million à Sainte-Justine

L'ancien ministre fédéral Michael Fortier quitte la présidence du... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

L'ancien ministre fédéral Michael Fortier quitte la présidence du conseil de la Fondation CHU Sainte-Justine tout en remettant à l'hôpital un don de 1 million de dollars.

Photo François Roy, La Presse

Après six ans à la Fondation CHU Sainte-Justine, Michael Fortier cède son fauteuil de président du conseil. Et il fait don de 1 million de dollars. Le financier raconte son cheminement et le « grand éveil » des Québécois à la philanthropie.

Une reconnaissance

« Ce n'est pas un hôpital comme les autres, dit Michael Fortier. C'est un bijou. » Sainte-Justine soigne les enfants, fait de la recherche de pointe et forme la grande majorité des pédiatres au Québec. « Tous les cas problématiques, à peu d'exceptions près, que ce soit en traumatologie, en cardiologie ou autres, y passent, ajoute-t-il. Ils sont traités par des médecins de réputation mondiale. Alors que des chercheurs renommés s'activent à découvrir de nouveaux traitements. » C'est en reconnaissance de tout ce travail que le vice-président du conseil de RBC Marchés des capitaux apporte sa contribution.

Hommage à sa mère 

Une plaque au nom de Teresa Martin et de la famille Fortier soulignera le don. Elle sera dévoilée le 20 novembre dans le parc pour enfants, devant l'entrée principale. « Je veux honorer la mémoire de ma mère », dit l'ex-ministre fédéral. Cette femme hors du commun, anglophone d'origine irlandaise, a eu le souci du partage toute sa vie. « Même si on était une famille modeste de six enfants, elle donnait des denrées et des vêtements aux gens dans le besoin, dit-il. Déterminée, elle nous amenait avec elle. Si elle était née 40 ans plus tard, elle aurait été chef d'entreprise ou politicienne. »

Un mentor en philanthropie 

Une autre personne a influencé son engagement. « J'avais l'exemple de ma mère, poursuit-il, mais Pierre Boivin a été le déclencheur. Il est très généreux. Il donne tellement de son temps et de son argent, par altruisme, sans rien demander en retour. » Du coup, Michael Fortier a été emporté par osmose. « À côtoyer un gars comme lui, ajoute-t-il, tu réalises à quel point tu dois t'impliquer à ton tour. » C'est pourquoi il a accepté l'offre du président de Claridge. Il l'a remplacé, à partir de septembre 2012, au poste de président du conseil de la fondation.

Le goût de s'engager 

Arrivé en poste, il amorce une réflexion avec sa conjointe Michelle Setlakwe. « On se pensait généreux parce qu'on donnait ici et là, dit-il. Mais on ne l'était pas. » À voir les médecins, les infirmières et les chercheurs se dévouer pour guérir ou sauver des enfants, la famille décide alors de faire plus. « Il ne faut pas être pauvre pour donner 1 million, précise-t-il. Mais je ne suis pas, non plus, hyper riche comme le sont les grandes familles d'entrepreneurs. » Le couple établit une règle : donner autant que possible. « Les enfants nous appuient dans cette décision », précise-t-il.

Une étape excitante

Cette prise de conscience se réalise aussi en marge d'une nouvelle tendance. Au cours de ses deux mandats à la présidence du conseil, Michael Fortier a constaté une transformation dans le monde philanthropique au Québec. « On vit une étape super excitante, dit-il. Il s'est créé de la richesse au Québec depuis 15 ans. Et il y a de plus en plus de gens qui réalisent que leurs sous peuvent faire une grande différence. » Cela se traduit par des annonces plus fréquentes de dons importants. « Le potentiel est là », dit-il. À cet éveil des donateurs, il en voit un deuxième.

Un double éveil

« C'est l'éveil de l'industrie philanthropique qui adapte ses façons de faire », explique-t-il. Oui, le publipostage, les courriels et les événements caritatifs demeurent, car ils font leurs preuves. Mais l'univers québécois de la collecte de fonds prend un virage plus proactif. « Depuis quelques années, les fondations se sont organisées pour identifier les donateurs potentiels », dit-il. Elles utilisent leurs réseaux et les technologies pour aller au-devant d'eux. Elles s'équipent pour savoir, par exemple, qui a vendu, contre 45 millions, une entreprise dans Lanaudière. Et lui offrir un encadrement pour un don, selon ses goûts : santé, éducation, culture, etc.

Protéger Sainte-Justine

Cette approche a été utilisée lors de la dernière campagne record de 255 millions de la Fondation CHU Sainte-Justine. Tout ça pendant les mesures d'austérité imposées, à l'époque, par l'ex-ministre Gaétan Barrette. Et au moment où l'État a des moyens limités. « Dieu merci, la Fondation est venue en aide à l'hôpital, lance l'ex-président du conseil. Mais il y a des limites à ce qu'elle peut faire. » Michael Fortier espère donc que le gouvernement Legault « ne sera jamais dans la position de faire de coupes » en santé. Et qu'il respectera, « lui », le fait que Sainte-Justine n'est pas un hôpital comme les autres...




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer