La Ville de Montréal souhaite la réalisation d'une voie réservée aux «véhicules à occupation multiple» qui dépasse de plusieurs kilomètres le projet soumis par le ministère des Transports du Québec (MTQ) pour l'autoroute Jean-Lesage (A-20), dans le cadre du projet de reconstruction de l'échangeur Turcot, au sud-ouest de la métropole.

Bruno Bisson LA PRESSE

À l'occasion des consultations menées par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), cette semaine, sur le projet Turcot, un représentant de l'administration montréalaise, Alain Trudeau, a affirmé mardi soir que «la Ville demande des mesures préférentielles allant de Dorval jusqu'au centre-ville. Ce qu'on nous propose, ce sont des mesures uniquement à l'intérieur du projet. Le souhait de la Ville serait de les étendre au moins jusqu'à Verdun».

Quelques kilomètres

Le projet de voies réservées au transport collectif proposé par le MTQ sur l'A-20, dans le sud-ouest de Montréal, ne s'étendrait que sur quelques kilomètres. Il consiste à aménager deux voies de circulation additionnelles, au centre de l'A-20, réservées aux transports collectifs seulement.

Ces voies débuteraient à l'est de l'échangeur Saint-Pierre, aux limites des arrondissements du Sud-Ouest et de Lachine, jusqu'à la rue Pullman actuelle (qui sera transformée en boulevard). En empruntant ensuite ce nouveau boulevard, reliant entre elles les rues Notre-Dame, Saint-Jacques et Saint-Antoine, les autobus circulant sur la voie de transport collectif pourraient se rabattre vers les stations de métro Place-Saint-Henri et Lionel-Groulx, qui desservent ce secteur à l'ouest du centre-ville.

Les autres véhicules autorisés à circuler sur ces voies bénéficieraient pour leur part d'un accès privilégié au réseau local et artériel de Montréal, en direction du centre-ville, sans avoir à traverser la circulation lourde, sur une distance totale d'environ cinq kilomètres. Par contre, à l'ouest de l'échangeur Saint-Pierre et à l'est du quartier Saint-Henri, les usagers devront réintégrer la circulation normale.

En entrevue à La Presse, le responsable des transports au comité exécutif de la Ville de Montréal, André Lavallée, a affirmé que les voies réservées devraient être ouvertes à tous les véhicules à «occupation multiple», soit les autobus, les taxis, et les automobiles qui comptent plus de deux passagers.

La Société de transport de Montréal (STM), qui pourrait logiquement être appelée à exploiter un service d'autobus sur ces voies, n'a pas voulu commenter le projet du MTQ, faute d'informations. Une porte-parole a précisé à La Presse, cette semaine, que les dirigeants de la STM prendront connaissance du projet, pour la toute première fois, aujourd'hui, lors d'une présentation du MTQ.

Une «amorce»

En présentant ce projet de voies réservées devant le BAPE, le directeur du Bureau de projet Complexe Turcot, Alain Dubé, a reconnu qu'il s'agissait d'une «amorce de voie réservée», qui pourrait éventuellement se prolonger vers l'ouest dans le cadre d'un autre projet de réaménagement de l'A-20, à la hauteur de l'échangeur Saint-Pierre, dans l'arrondissement de Lachine.

M. Dubé a aussi reconnu que ces aménagements exclusifs aux transports collectifs se sont «ajoutés» au projet de reconstruction de l'échangeur Turcot, en raison des «demandes à répétition» du responsable des dossiers de transport au comité exécutif de la Ville de Montréal, André Lavallée.

Joint par La Presse, M. Lavallée s'est dit «plutôt fier» d'apprendre que son insistance ait convaincu le MTQ d'intégrer ces voies réservées à un projet qui est essentiellement autoroutier.

«C'est sûr que si ça s'arrête à l'échangeur Saint-Pierre, on n'est pas plus avancés, a-t-il commenté, en parlant du projet du MTQ. Mais je vois cela comme un signe d'ouverture important de la part du Ministère.»

M. Lavallée a réitéré que l'administration Tremblay-Dauphin souhaitait une multiplication des voies de circulation réservées aux autobus, taxis et covoitureurs dans l'ensemble du réseau autoroutier métropolitain, pour réduire la pression des automobiles en ville, et offrir du même coup une solution de rechange de transport rapide et efficace.

La Ville, a-t-il assuré, présentera un mémoire touchant l'ensemble du projet Turcot au cours de la seconde ronde d'audiences publiques du BAPE, prévues pour la mi-juin.