Après avoir retourné la question de tous les côtés, la Ville de Montréal a finalement décidé de se montrer bonne joueuse à l'égard des propriétaires d'auberges touristiques de cinq unités et moins. Ils n'auront pas à payer de taxes pour leur nouveau statut non résidentiel, enregistré au rôle d'évaluation de 2007 à 2010.

Mis à jour le 21 févr. 2009
Sara Champagne LA PRESSE

Environ 125 propriétaires d'établissements d'hébergement touristique avaient reçu un avis, l'an dernier, les informant qu'ils étaient dorénavant considérés comme des propriétaires non résidentiels. Pour plusieurs, la facture en taxes impayées à rembourser atteignait jusqu'à 20 000$.

 

Recours justifiés

Sammy Forcillo, vice-président du comité exécutif, a expliqué hier que les recours intentés par les propriétaires des établissements d'hébergement touristique (EHT) étaient «justifiés» et que les certificats délivrés pour la période seraient donc annulés.

Depuis le début de la contestation devant l'ombudsman, l'Association des résidences de tourisme du Québec (ARTQ) a toujours soutenu que l'administration Tremblay avait «outrepassé son pouvoir de taxation» en s'en prenant à de petits propriétaires qui offrent des appartements en location à des touristes dans des quartiers résidentiels. Plusieurs ont même prétendu devoir fermer leurs portes à cause des surtaxes trop élevées.