(Sherbrooke) Un immeuble qui figure dans la liste des 20 trésors culturels de la ville de Sherbrooke, la prison Winter, bénéficie d’une somme de 600 000 $ pour que le public puisse éventuellement en visiter l’intérieur, près de 30 ans après sa fermeture.

La Presse canadienne

L’octroi de cette enveloppe a été annoncé lundi lors du dépôt du budget des dépenses en immobilisations 2020-2022 de la Ville de Sherbrooke.

L’argent devra servir à des fins de tourisme à une réouverture partielle de la prison Winter située sur la rue du même nom, près du centre-ville de Sherbrooke.

La prison Winter a ouvert ses portes en 1865 et a logé des détenus jusqu’à sa fermeture, en 1990. La prison provinciale était réputée, semble-t-il, pour ses conditions de détention difficiles, notamment l’exiguïté de ses cellules, de même que pour son insalubrité lors des dernières années de son fonctionnement.

Néanmoins, des organismes et citoyens de la ville militent depuis plusieurs années pour la préservation de l’immeuble de pierre qui, dit-on, est encore très solide même s’il est l’un des plus vieux édifices de Sherbrooke et l’un des rares du genre au Québec. Ils espèrent en faire un lieu touristique qui illustrerait aux visiteurs les conditions de détention d’une époque révolue.

L’ouverture de l’Établissement de détention de Sherbrooke, situé sur la rue Talbot, a permis la fermeture de la prison Winter.