Source ID:c549b7867f443f67af311ec27cdd00e7; App Source:StoryBuilder

Montérégie: des barrages font monter la pression

(SAINT-ANICET) Un barrage construit par Québec pour régler un problème créé par Ottawa devient aujourd'hui un fardeau pour une petite municipalité de la Montérégie. Incapable d'allonger les millions nécessaires pour réparer l'ouvrage vieillissant, Saint-Anicet lance un appel à l'aide. Un cas loin d'être unique.

De la route 132, le barrage La Guerre ne ressemble à rien : un petit bâtiment cubique de briques rouges, sans fenêtres. La structure est pourtant névralgique pour la région, puisqu'elle protège des inondations de vastes terres agricoles, le coeur de l'économie de Saint-Anicet.

« On ne peut pas s'en passer. Ça aurait un impact économique majeur », dit Gino Moretti, maire de la municipalité de 2500 habitants.

Le barrage inauguré en 1973 montre des signes de vieillissement et a besoin de millions en travaux d'entretien. Depuis les inondations au Saguenay, le ministère de l'Environnement impose aux propriétaires de barrages des inspections régulières pour éviter de nouvelles inondations. Et la plus récente réalisée sur l'ouvrage de Saint-Anicet a relevé de nombreuses faiblesses.

La question est maintenant de savoir qui payera la facture.

Sur papier, Saint-Anicet est propriétaire du barrage La Guerre. Mais dans les faits, la municipalité n'en a jamais voulu. C'est le ministère de l'Agriculture du Québec qui l'a construit, mais le gouvernement l'a cédé au village dans les années 80 pendant les importantes compressions budgétaires.

« On ne peut pas tout donner aux petites municipalités. On n'a pas les moyens financiers ni les compétences pour le faire. »

- Gino Moretti

D'Ottawa à Québec à Saint-Anicet

Pour bien comprendre le problème du barrage La Guerre, il faut remonter aux années 1840. À l'époque, on entreprend l'aménagement de ce qui deviendra la Voie maritime du Saint-Laurent. Les travaux font toutefois monter d'un mètre le niveau des eaux du lac Saint-François.

La hausse peut sembler modeste, mais elle est suffisamment importante pour renverser le flot de la rivière La Guerre. 

Alors que le cours d'eau se déversait auparavant dans le lac Saint-François, il se met alors à s'écouler du nord vers le sud. De 4600 à 11 000 hectares de terres agricoles se trouvent alors régulièrement inondés, soit environ 10 % des terres de la région.

C'est pour permettre à la rivière La Guerre de s'écouler naturellement que Québec décide, à la fin des années 60, de construire un barrage en bordure de la route 132 afin de retenir les eaux du lac Saint-François.

Construit il y a maintenant près de 50 ans, le barrage n'a jamais fait l'objet de travaux d'entretien. Selon la plus récente inspection, le minimum à faire se chiffre dans les centaines de milliers de dollars. Mais pour s'assurer que l'ouvrage dure encore 100 ans, les besoins se chiffrent plutôt en millions.

Pas les moyens

« C'est beaucoup d'argent pour une petite municipalité qui n'a pas de commerces, où la seule économie, c'est l'agriculture », dit Gino Moretti.

Revenus inférieurs à la moyenne québécoise, déclin et vieillissement de sa population : Saint-Anicet se classe 867e sur 1164 au Québec en matière de vitalité économique, selon l'Institut de la statistique du Québec.

Pour payer les travaux, la hausse de taxes serait importante et impossible à soutenir, dit le maire. « On essaye de s'en sortir et ils nous arrivent avec cela », se désole M. Moretti.

Pour l'heure, le barrage ne risque pas de céder. « Mais il ne faut pas attendre qu'il y ait un incident », dit ce vétéran des Forces armées canadiennes qui a passé sa carrière à se préparer au pire. Surtout que, s'il devait céder, le barrage entraînerait une portion de la route 132, et le village se trouverait coupé.

Le maire craint aussi que les changements climatiques ne viennent accentuer la pression. « On le sait, les changements climatiques vont avoir un impact négatif », illustre-t-il. La municipalité en a eu un avant-goût en décembre dernier, alors qu'elle a été surprise par de fortes pluies qui ont entraîné des inondations.

Programme insuffisant

Le cas de Saint-Anicet est loin d'être unique. Environ 11 % des 6000 barrages de la province sont aujourd'hui la responsabilité de municipalités. Or, constatant que plusieurs n'avaient pas les moyens de faire les travaux nécessaires, Québec a mis en place l'an dernier un programme pour soutenir les municipalités de moins de 50 000 habitants. L'aide couvre les deux tiers de la facture, jusqu'à un maximum d'un demi-million.

Mais ce n'est pas assez pour Saint-Anicet, qui veut carrément que Québec récupère le barrage. « On veut que le nom du propriétaire, ce soit celui d'un ministère », tranche Gino Moretti.

Le maire à la détermination aussi solide que sa poignée de main a convaincu ses homologues de sa région de soulever le dossier à Québec. La MRC du Haut-Saint-Laurent a ainsi embauché un lobbyiste pour convaincre le gouvernement de récupérer le barrage.

Comme les ponts

Le problème n'est pas sans rappeler celui des ponts et ponceaux, cédés aux municipalités au début des années 90, souligne Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM). Comme celles-ci n'avaient pas les moyens de les entretenir, le ministère des Transports les a récemment récupérés. « On doit envisager la même chose pour les barrages », estime M. Demers.

Inquiète du fardeau imposé aux petites municipalités par ces ouvrages, la FQM a également écrit récemment au ministre fédéral des Infrastructures, François-Philippe Champagne. Elle lui demande de les rendre admissibles au Fonds de la taxe sur l'essence, plus généreux que le programme mis en place par Québec.

« Le coût des travaux de réfection pour les mettre aux normes surpasse souvent la capacité financière des municipalités concernées et les phénomènes météo extrêmes qui devraient se multiplier au cours des prochaines années en raison du réchauffement climatique ne feront qu'augmenter la pression sur ces infrastructures », a écrit Jacques Demers.

Ce dernier est bien placé pour mesurer l'ampleur du problème : l'entretien de deux barrages dans sa région, l'Estrie, a fait les manchettes ces dernières années. Jacques Demers rappelle notamment le cas de Dixville, dans la MRC de Coaticook, à qui le ministère de l'Environnement avait demandé de refaire un ouvrage qui s'était effondré. Devant les hauts cris, Québec avait finalement autorisé la municipalité de 700 habitants à ne rien faire, l'ouvrage n'étant plus jugé utile au contrôle du débit de la rivière.

Ce que Saint-Anicet ne peut pas se permettre.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer