Le président français Nicolas Sarkozy a fait preuve lundi d'un «excès d'enthousiasme» envers le fédéralisme canadien, mais sans plus, a estimé mardi le chef de l'Action démocratique du Québec, Mario Dumont.

Sylvain Larocque LA PRESSE CANADIENNE

Lors de la cérémonie au cours de laquelle il a remis les insignes de commandeur de la Légion d'honneur au premier ministre Jean Charest, M. Sarkozy a notamment affirmé que la politique française de «non-ingérence, non-indifférence» envers le Québec, ce n'était «pas trop son truc».

Mardi, M. Dumont s'est montré peu surpris de ces propos, soulignant que la «vision du Canada» du président français était connue depuis un certain temps.

En octobre, à l'occasion du Sommet de la francophonie, à Québec, Nicolas Sarkozy avait soutenu que le monde n'avait pas besoin «d'une division supplémentaire» et que «par son fédéralisme», le Canada envoyait «un message de respect de la diversité et d'ouverture».

Le député de Rivière-du-Loup a qualifié de «bruit» la polémique entourant la plus récente sortie du chef de l'Etat français, puisque aucun référendum sur l'avenir du Québec ne figure dans l'avenir «prévisible».