François Legault, qui s'est soudainement et rapidement converti aux réseaux sociaux à la fin du mois de juin, est devenu un utilisateur hyperactif de la plateforme de microblogues Twitter.

Mis à jour le 9 juill. 2012
Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) promet de continuer à gazouiller pendant une éventuelle campagne électorale et ne craint pas les dérapages.

«Ça peut être prenant, admet toutefois le politicien, virtuellement absent des médias sociaux auparavant. C'est certain que, pendant la campagne, on aura un peu moins de temps.»

Samedi, François Legault a publié sur sa page Twitter plus d'une cinquantaine de messages en 24 heures.

La présence directe du chef caquiste a d'ailleurs donné lieu à un long débat, à la fin de la semaine dernière, avec la présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Martine Desjardins.

«Moi, j'aime bien débattre en direct, a expliqué M. Legault à La Presse. En général, ça se fait de façon respectueuse.»

Samedi soir, il a tout de même violemment attaqué ses opposants politiques et a laissé entendre qu'il ne restait plus un seul individu digne de confiance au Parti libéral du Québec (PLQ). «Il y a quelques libéraux propres. Ils sont rendus à la Coalition», a-t-il écrit. «Le chef du PLQ a toléré la corruption dans son parti. C'est impardonnable!»

Le directeur des communications du PLQ l'a rapidement accusé d'avoir dépassé les bornes: «Vos mots sont inacceptables. D'un spin d'opposition, vous êtes rendu à une accusation criminelle grave», a répliqué Michel Rochette.

Selon François Legault, les autres chefs politiques ne l'imiteront pas, de peur de commettre des impairs.