Chaque semaine, les journalistes et les chroniqueurs de La Presse se dévoilent et nous racontent les dessous de leur métier. Cette semaine, Alexandre Pratt nous parle de son rôle de chroniqueur sportif et de ce qui distingue la couverture de La Presse.

La Presse

La Presse : Pourquoi êtes-vous devenu chroniqueur sportif ?

Alexandre Pratt : J’ai toujours aimé le sport, parce qu’on ne sait pas ce qui arrive avant la fin. Chaque partie est un peu un drame, il y a un gagnant et un perdant, il y a une histoire. Il va toujours y avoir des héros, des gens déçus. Des vedettes montantes, des vétérans qui retombent.

Au-delà des statistiques, il y a l’histoire humaine. C’est intéressant qu’un joueur marque trois buts, mais c’est plus intéressant l’histoire de sa mère qui était dans les estrades.

Tout le monde regarde à la même place, c’est-à-dire dans le vestiaire des équipes professionnelles. Moi, ce que j’aime, c’est de raconter les histoires à l’extérieur du vestiaire. Mettre en lumière l’humain plutôt que le résultat. C’est ce qui nous distingue de la couverture sportive de nos concurrents.

Comme chroniqueur, on ne peut pas juste dire son opinion. Il faut s’appuyer sur des faits et proposer un angle original. Tout le monde a fait un article avec Marc Bergevin, mais je suis le seul à qui il s’est ouvert sur la période difficile d’il y a deux ans.

LP : Quel est l’impact de votre travail de chroniqueur ?

AP : De façon très réaliste, je ne pense pas avoir d’impact sur Marc Bergevin ou les Alouettes. Mais dès qu’on met l’accent sur des athlètes qui sont moins connus, ça peut tout changer pour eux.

Il y a des sujets où l’on peut avoir assez d’impact comme le hockey mineur, le comportement des parents, l’alcool dans les arénas. Ma chronique sur le racisme dans les arénas est celle qui a suscité le plus de réactions cette année. Dans un autre registre, il y a aussi cette belle histoire d’une équipe de jeunes hockeyeurs qui perdaient 11-0. Les enfants des deux équipes ont décidé de rediviser les équipes et de continuer la partie. Un grand moment de sport !

Le journalisme de qualité est au cœur de la mission de La Presse. Nous comptons entre autres sur les contributions des lecteurs pour nous soutenir. Nous avons bon espoir d’atteindre, à terme, notre grand objectif de 5 000 000 $ par année, soit 42 000 lecteurs qui versent de façon récurrente 10 $ par mois.

Pour soutenir La Presse, visitez jesoutiens.lapresse.ca/contribuer.