Philippe Couillard a lancé une charge d'une rare virulence contre un dirigeant étranger, mardi, lorsqu'il a qualifié Donald Trump de «menace directe» pour l'économie québécoise.

Publié le 19 juin 2018
Martin Croteau LA PRESSE

Dans un discours devant la Chambre de commerce de Lévis, le premier ministre québécois a dénoncé sans détour les velléités protectionnistes du président américain.

«Même les alliés d'hier, avec qui on a combattu, avec qui nos enfants ont combattu récemment et ont risqué leur vie, se retournent contre nous, a déploré M. Couillard. Et là je parle du président américain, je ne parle pas du peuple américain, je parle du président américain qui est devenu une menace directe pour nos travailleurs, nos entrepreneurs.»

Il en a ajouté une couche dans un point de presse au terme de l'événement. 

«C'est tellement absurde ce qu'il fait actuellement, a-t-il déclaré. Si c'était juste absurde pour les Américains, je le laisserais aller parce qu'il va nuire aux Américains. [...] Mais là, il prend de plein fouet l'économie du Québec, nos travailleurs, nos entrepreneurs, nos agriculteurs.»

Le chef libéral a tenu ces propos quelques heures avant la tenue d'un conseil des ministres en compagnie de dirigeants syndicaux et patronaux.

Lorsqu'il a dressé le bilan de sa session parlementaire, vendredi, M. Couillard a prévenu que «l'instabilité est à nos portes» et il s'est présenté comme le meilleur défenseur du Québec dans un contexte économique incertain.