La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) fait le pari que la colère des étudiants ne fera qu'augmenter durant l'été, et elle compte faire entendre sa cause dans divers événements.

LA PRESSE CANADIENNE

Selon la présidente Martine Desjardins, il est «clair» que le premier ministre Jean Charest tente de profiter de la crise étudiante pour se faire réélire.

Au terme de son congrès cette fin de semaine, la FEUQ promet ainsi qu'elle sera prête à croiser le fer avec le gouvernement durant une éventuelle campagne électorale. La Fédération prévoit poursuivre ses actions de visibilité durant l'été afin de maintenir la question de la hausse des droits de scolarité au centre des discussions.

La FEUQ utilisera les festivals pour informer la population, et elle promet de «respecter le cadre festif» des événements.

Mme Desjardins n'exclut pas la possibilité que la grève reprenne à l'automne.

Elle ajoute que le gouvernement Charest «croule sous la corruption» et qu'il «gaspille l'argent des contribuables au profit des amis du parti», mais qu'il propose en contrepartie d'augmenter les frais de scolarité.