La série noire de Pauline Marois se poursuit: un cinquième député du Parti québécois doit annoncer sa démission mardi, selon Radio-Canada.

Denis Lessard LA PRESSE

Le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, siégera comme indépendant à compter de demain, rapporte le réseau de télévision. Il était l'un des 12 signataires de la lettre des «jeunes péquistes», rendue publique la semaine dernière, qui demandait à Jacques Parizeau de se faire discret pour laisser davantage de place à la relève. L'élu de 34 ans claque la porte du PQ après Lisette Lapointe, Pierre Curzi, Louise Beaudoin et Jean-Martin Aussant.

Nouveau parti indépendantiste?

Quelques militants péquistes caressent l'idée de fonder un nouveau parti indépendantiste. Le député Aussant ne ferme pas la porte, mais on est encore loin de transmettre une demande au Directeur général des élections.

«Il va y avoir beaucoup de discussions au cours de l'été, la création d'un nouveau parti est une option qu'on n'exclut pas», a expliqué lundi le député péquiste démissionnaire. «Il doit y avoir assez loin de la coupe aux lèvres», a dit pour sa part Louise Beaudoin. «J'ai été membre du PQ pendant 40 ans, cela me suffit. Je ne participerai pas à la cofondation d'un nouveau parti», a-t-elle assuré à La Presse.

En revanche, elle croit que les députés péquistes démissionnaires devraient «coordonner leur action» à l'Assemblée nationale. Mme Beaudoin et Lisette Lapointe, députée de Crémazie, assisteront à l'assemblée organisée mardi soir par Pierre Curzi dans Crémazie. M. Aussant aurait souhaité y être, mais il risque d'être retenu par d'autres engagements, a-t-il prévenu lundi. Le député Aussant compte être très actif à la rentrée parlementaire, en septembre, et veut relancer fréquemment les médias pour donner le point de vue souverainiste: «Je vais siéger à toutes les séances. Mon boulot se poursuit, et j'ai bien hâte de poser des questions au ministre des Finances. »

Il n'a pas l'intention de se rapprocher de la Coalition pour l'avenir du Québec de François Legault, pas plus d'ailleurs que de Québec solidaire. «C'est exclu. La création d'un autre parti, elle, n'est pas du tout exclue, mais elle reste hypothétique. On va discuter de cela cet été», a dit le député Aussant, joint dans sa circonscription de Nicolet. Depuis sa démission, le 7 juin, il n'a pas eu la chance de discuter avec ses collègues Pierre Curzi, Louise Beaudoin ou Lisette Lapointe.

Il estime que le parti de Pauline Marois n'est pas le véhicule qui permettra de faire la souveraineté le plus rapidement possible. Il ajoute qu'il n'a jamais pensé se rendre à une activité de financement de l'association péquiste de Crémazie. «Cela aurait été bizarre que j'aille à une activité du PQ», a-t-il relevé.