Source ID:85fb3efd-8267-4f1a-acc3-ac84315c5d0b; App Source:alfamedia
Exclusif

Ottawa prêt à financer des interconnexions entre le Québec et d'autres provinces

François Legault veut augmenter les exportations d'hydroélectricité vers l'Ontario... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, Archives La Presse)

Agrandir

François Legault veut augmenter les exportations d'hydroélectricité vers l'Ontario et les provinces atlantiques.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, Archives La Presse

(OTTAWA) Le gouvernement Trudeau voit d'un très bon oeil les ambitions du nouveau premier ministre du Québec François Legault d'augmenter les exportations d'hydroélectricité - une énergie propre - vers l'Ontario et les provinces atlantiques.

Et il pourrait même lui donner un coup de pouce, s'il le souhaite, pour financer la construction de nouvelles interconnexions entre le Québec et l'Ontario, d'une part, et entre le Québec et les provinces atlantiques, d'autre part, si cela s'avère nécessaire, a appris La Presse.

En novembre 2016, le gouvernement Trudeau a annoncé son intention d'investir près de 22 milliards de dollars dans les infrastructures vertes au cours de la prochaine décennie - ce qui comprend des projets tels que la construction d'interconnexions électriques stratégiques qui contribueraient à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Jusqu'ici, aucune province n'a cogné à la porte d'Ottawa pour discuter d'une contribution fédérale à la construction d'un tel projet qui se veut à long terme.

En outre, la Banque de l'infrastructure du Canada - une société d'État créée par le gouvernement Trudeau - compte investir au moins 5 milliards de dollars sur une période de 11 ans dans des projets d'infrastructures vertes, y compris les interconnexions, a-t-on aussi signalé.

En campagne électorale, François Legault a proposé de créer une nouvelle alliance énergétique avec l'Ontario et les provinces maritimes - qui pourrait prendre la forme d'une société d'État énergétique dans laquelle chacune des provinces participantes et, possiblement, les Premières Nations détiendraient des intérêts afin de permettre au Québec de devenir « une immense batterie d'énergie propre ».

« J'ai l'intention de lancer des discussions pour forger une alliance énergétique avec l'Ontario et les provinces atlantiques. Avec nos immenses réservoirs, le Québec constitue une immense batterie d'énergie propre dans le nord-est de l'Amérique. »

- François Legault

Selon des informations obtenues par La Presse, François Legault a profité de sa toute première rencontre avec son homologue fédéral Justin Trudeau, au Sommet de la Francophonie en Arménie, il y a deux semaines, pour expliquer les grandes lignes des intentions du gouvernement caquiste en matière d'exportation d'hydroélectricité.

M. Trudeau a accueilli favorablement l'idée du nouveau premier ministre, a-t-on indiqué à Ottawa. M. Legault a aussi abordé brièvement ce dossier avec le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, le soir de sa victoire électorale, a-t-on indiqué à Québec.

Le gouvernement Trudeau estime qu'une telle initiative pourrait permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les provinces qui dépendent encore du charbon pour produire de l'électricité, comme le Nouveau-Brunswick ou la Nouvelle-Écosse, ou encore permettre à l'Ontario de réduire les coûts d'électricité pour les foyers ontariens.

« Dans notre programme d'infrastructures vertes, nous avons de l'argent pour favoriser les interconnexions entre les provinces. Évidemment, il faut que les provinces s'entendent entre elles et mettent de l'avant des projets. Nous voulons être un genre de catalyseur ou de facilitateur. Mais il revient aux provinces de s'entendre entre elles. Nous savons que M. Legault est très, très intéressé par ce genre de projets. Pour nous, c'est du positif parce qu'on parle d'exportation d'énergie verte », a indiqué une source gouvernementale qui a requis l'anonymat.

Notre source a ajouté que ce genre de projet avait l'avantage de combiner l'économie et l'environnement - un thème cher au gouvernement Trudeau. 

« Ce sont des projets qui, économiquement, sont avantageux. Et d'un point de vue environnemental, si tu remplaces une centrale au gaz ou au charbon par de l'hydroélectricité, tu viens de diminuer les émissions de GES de façon significative. C'est le genre de choses où nous sommes totalement alignés avec Québec. On va les encourager et faire tout ce que l'on peut pour les soutenir. »

- Une source gouvernementale

En Ontario, le gouvernement de Doug Ford devra prendre une décision importante concernant l'avenir de trois centrales nucléaires dans la province. Des investissements frisant les 20 milliards de dollars seront nécessaires à compter de 2020 pour les remettre à niveau - une somme colossale pour une province qui prévoit un déficit de 15 milliards de dollars cette année. « Ça va coûter une fortune. La question que Doug Ford va devoir se poser est de savoir s'il remplace une partie de cette énergie produite par les centrales nucléaires par de l'hydroélectricité qui coûterait moins cher. »

Déjà, le gouvernement Ford a décidé d'annuler 758 contrats de production d'énergie renouvelable en juillet. Et il promet de réduire la facture d'électricité des consommateurs de 12 % durant son mandat.

À Québec, on indique que François Legault compte aborder ce dossier avec ses homologues provinciaux de l'Ontario et des provinces atlantiques dès que l'occasion se présentera. Il pourrait le faire durant la conférence des premiers ministres que compte convoquer Justin Trudeau cet automne.

Réduire la méfiance 

On fait valoir que la création d'une sorte de société d'État énergétique dans laquelle les provinces participantes détiendraient des intérêts permettrait de réduire la méfiance qui existe envers le Québec quand il s'agit de production et d'exportation d'électricité.

À Ottawa, on tient toutefois à préciser que les investissements fédéraux seront limités à la construction d'interconnexions entre les provinces, et non pas entre une province et un État américain. En campagne, M. Legault a aussi indiqué son intention d'augmenter les exportations d'hydroélectricité vers le nord-est des États-Unis, et même vers le Midwest américain.

« On ne peut pas financer des interconnexions vers les États-Unis, car cela viendrait contrevenir aux règles sur le marché de l'électricité. Nous avons adhéré à ces règles-là, ce qui permet à Hydro-Québec de vendre aux États-Unis sans pénalité et sans tarif. Mais il faut respecter les règles, ce qui veut dire pas de subvention aux producteurs d'électricité pour ce qui est de l'exportation aux États-Unis. Mais on peut financer des interconnexions entre les provinces dans la mesure où elles ne servent pas par la suite à exporter aux États-Unis », a précisé une source.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer