Source ID:7e681b85-dcee-42a0-85da-209823059dbe; App Source:alfamedia

Nouveau pont Champlain: l'ouverture reportée au printemps

Le coût total du nouveau pont Champlain est... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le coût total du nouveau pont Champlain est évalué à 4,2 milliards de dollars.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

(Ottawa) Des retards dans les travaux de construction du nouveau pont Champlain forcent le gouvernement Trudeau à en reporter l'ouverture d'environ trois mois.

Les nombreux usagers du pont actuel qui croyaient pouvoir emprunter la nouvelle infrastructure qui enjambe le fleuve Saint-Laurent à compter du 21 décembre devront patienter au moins jusqu'au printemps avant de pouvoir le faire, a confirmé à La Presse hier soir une source gouvernementale qui a requis l'anonymat.

Le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, confirmera le report de l'ouverture du nouveau pont Champlain ce matin à Montréal durant une conférence de presse. Des représentants du consortium de construction Signature sur le Saint-Laurent seront aussi présents pour l'occasion.

«L'ouverture du pont est retardée. Il y a des travaux que l'on ne peut tout simplement pas faire en hiver, comme l'asphaltage», a-t-on indiqué hier soir.

Résultat : l'ouverture devrait avoir lieu au printemps 2019, même si l'essentiel de la structure du pont est pratiquement terminé.

Les travaux de bétonnage liés à l'érection du pylône principal du pont, d'une hauteur de 170 mètres, ont été terminés il y a environ deux semaines.

Les autorités fédérales assuraient pourtant pas plus tard qu'en septembre qu'il était toujours possible de respecter l'échéancier du 21 décembre pour l'ouverture du nouveau pont, le plus grand chantier de construction des 40 dernières années au Québec, dont le coût total est évalué à 4,2 milliards de dollars.

Un échéancier «très ambitieux»

Déjà en mai, le vérificateur général Michael Ferguson, dans un rapport sur la gestion de la construction du nouveau pont, avait évoqué un possible retard dans les travaux et jugeait «très ambitieux» l'échéancier fixé par Ottawa.

Dans son rapport, le vérificateur général soutenait aussi que la construction du pont, réalisée en partenariat public-privé, risquait de coûter plus cher aux contribuables en raison de la planification et de la gestion de risque déficiente du ministère de l'Infrastructure.

«À notre avis, le projet ne sera pas mené à bien dans le respect du budget original.»

«Même si des ressources supplémentaires étaient affectées aux travaux de construction ou si de nouvelles méthodes de construction étaient utilisées, le respect de l'échéance révisée du 21 décembre 2018 semble très ambitieux», poursuivait-il.

Le contrat de construction accordé au consortium prévoit de lourdes pénalités pour tout retard dans la livraison du projet. Les amendes peuvent s'élever à 100 000 $ par jour de retard durant les sept premiers jours, et bondir à 400 000 $ par jour ensuite.

Selon les calculs de la société Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée, il devrait en coûter environ 10 millions de dollars pour maintenir ouvert l'actuel pont jusqu'en juin 2019.

Une fois le nouveau pont ouvert à la circulation, il faudra s'attaquer au démantèlement du vieux pont, une opération qui pourrait prendre plusieurs mois et coûter près de 400 millions de dollars.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer